GRANDADDY : Last place

En musique, il ne faut pas forcément grand-chose pour créer l’évènement. Prenez Grandaddy par exemple. Bon, ils se sont séparés en 2006-2007 après un « Just like the fambly cat » assez sympa qui succédait à un « Sumday » pas exceptionnel. Tragédie internationale. Et puis quand l’excellent « Dept. Of Disappearance » débarque, on se dit qu’on a finalement pas perdu au change. Alors oui, en 2012, le groupe se reforme, et se met à bosser. Ce n’est donc que 5 ans plus tard qu’il débarque avec « Last place », l’évènement en question. Qu’est-on en droit d’attendre de Grandaddy en 2017 ? Un énième retour aux sources ? Un nouvel album solo déguisé ? Réponse dans 43 minutes.

Et hop, effet spécial, avancée dans le temps (oui, je sais, on ne lésine pas sur les moyens !). « Last place » est incontestablement un bon disque, on en attendait pas moins de Grandaddy. La pop indé rêveuse et fantasque mène toujours la danse. On y croise comme à l’accoutumée de superbes moments d’émotion, des titres plus enlevés tutoyant l’electro pop, une certaine forme de psychédélisme, et toujours cette écriture unique et reconnaissable entre mille. Est-ce suffisant pour en faire un indispensable ? Oui ! Bon, d’accord, je ne suis pas très objectif, ayant toujours aimé le groupe. Et peut-être suis-je simplement trop emballé par le fait de la retrouver après tant d’années. Mais oui, « Last place » est un disque riche et beau, plaçant à nouveau son auteur comme un homme de goût et de talent. Et on espère que ce titre n’est donc pas prémonitoire.

Site officiel

Paroles de l’album

Grandaddy : Way we won’t

Related Posts

  • 10000
    Le retour des barbus s’avérait plein de promesses après le chef d’œuvre « The Sophtware Slump » et son improbable pop électro progressive. Alors que cache cette superbe pochette ? Une énorme déception, un gâchis épouvantable, un suicide en direct. Vous y avez cru là ? Sérieusement ? Mais même…
  • 10000
    Comme beaucoup de gens, j'adore Cocoon et j'attendais beaucoup de cet album. Car si « My friends all died in a plane crash » les avait révélés à un public qui ne s'attendait pas à une pop folk aussi charmante, « Where the oceans end » les propulsait en pôle position avec un genre…
  • 10000
    Premier album pour Charles Braud alias Her Magic Wand. Le garçon travaille la pop à l'aide de machines et d'imagination. Le mélange des deux aboutit à un disque à la rythmique bien présente mais assez poétique, évoquant l'électro-pop de M83, la dream pop dans son ensemble et la pop indé…
  • 10000
    Pour un groupe, la perte d'un membre pour divergences musicales peut être déstabilisante, la mort d'un membre fatale, alors imaginez qu'en plus ce membre soit le frère du compositeur principal... Ce scénario dramatique, c'est le point de départ de ce troisième album des belges de Girls In Hawaii, qui arrive…
  • 10000
    Vous qui trouviez les barbus de Grandaddy un peu aventureux parfois, vous qualifierez aisément de fous les membres de ce quintette anglais. Leur musique, ici qualifiée de pop, a tout de l'objet sonore non identifié ; onirique, sans forme définie, tirant plus vers les dix que vers les trois minutes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *