GORY BLISTER : Skymorphosis

gory blister skymorphosis

Mazette ! Ça joue ici, on est pas chez Offspring ! Que les fans d’Offspring ne s’offusquent pas, c’est juste que le niveau technique est ici assez monstrueux. Vous me direz, oui, mais allez donc faire du punk ultra-technique ! Ok, ok, la comparaison était mal choisie. Un – zéro, balle au centre. Nous disions donc : « ça joue ici, on est pas chez Obituary ! ». C’est mieux là, non ? Bon. Vous l’aurez à présent compris, Gory Blister, formation transalpine jusqu’alors inconnue, œuvre dans le death metal technique. Brutal aussi, et accessoirement assez old school. En effet, le groupe semble revendiquer fortement l’influence que Death a pu avoir sur sa musique, jusqu’à en reprendre le « 1000 Eyes » en fin de parcours. Sorti de cela, point de surprise. Si l’album est réussi, il reste très peu novateur, et sa technicité de bon aloi le rapproche effectivement plus de son modèle que de la personnalité d’un Morbid Angel ou d’un Necrophagist. Un bon album, techniquement réussi, mais qui manque d’un soupçon de folie pour pouvoir rester gravé dans les mémoires. Dommage car les éléments de l’intro majestueuse et de l’instrumental rampant et guitaristiquement terrible auraient pu, développés et systématisés, constituer un apport essentiel à la musique des italiens. Tant pis pour nous.

Paroles de l’album

Site officiel

Gory Blister : Asteroid

Related Posts

  • 84
    Les Marseillais de Dagoba sont sur une pente ascendante depuis un bon petit paquet d'années, et font tout pour rester sur le devant de la scène, s'imposant un rythme de croisière, une qualité compositive et une puissance rares. Bon, certes, la recette bouge peu ou pas du tout (ici, un…
    Tags: de, un, à
  • 83
    Tous les fans de metal extrême qui ne connaîtraient pas encore les italiens d’Ephel Duath devraient rougir de honte après l’écoute de ce nouvel opus. Pas beaucoup plus que pour le précédent, me diront les initiés, mais plus le temps passe, et plus leur faute s’alourdit. Un petit point d’histoire…
    Tags: de, un, d, à
  • 80
    Avant tout, je me permettrais de placer un mot sur le film de Del Toro, n'ayant plus je le pense à convaincre que ceux qui ne l'ont pas visionné. D'une beauté sauvage, d'une poésie simple et touchante, empreinte de noirceur, parfois crue, dure et tragique, « Le Labyrinthe de Pan…
    Tags: de, un, à
  • 79
    Alors là, je suis ébaubi. Car mes amis, je vous le donne en mille, The Vision Bleak n'est rien de moins que la suite des pérégrinations de ces bougres de petits galufiats d'Empyrium. Mais diantre, me direz-vous, nous ne connaissons ces énergumènes ni d'Eve ni d'Adam ? Sachez donc que…
    Tags: de, à, un, d
  • 77
    Le précédent opus de notre ami le jovial Rudy Ratzinger m’avait déçu, tout comme des milliers de fans d’un one-man band qui avait dans le passé su composer des pièces violentes, froides et dansantes qui imprégnaient le corps et l’esprit et entraînaient une adhésion immédiate au genre (pour les cerveaux…
    Tags: de, à, un, d

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *