GODSPEED YOU BLACK EMPEROR : Asunder, Sweet and Other Distress

Godspeed_You!_Black_Emperor_-_Asunder,_Sweet_and_Other_Distress

Godspeed You Black Emperor, représentant d’un genre qui ne lui avait rien demandé et à qui il n’a rien demandé non plus, semble, malgré sa pause de dix ans entre 2002 et 2012, avoir toujours été là. C’est l’apanage des grands groupes, ceux qui ont su développer un univers unique et foisonnant, pondre des albums puissamment complexes et pourtant immédiatement percutants. La progression mélodique, c’est ce qui a toujours caractérisé la formation canadienne. Et ce cinquième album ne fait pas exception à la règle. Ce que je n’avais pas vu venir en revanche, c’est le changement qui c’est produit subrepticement. Le groupe ne s’est pas calmé. Il va ici plus loin, il joue plus fort, il pousse tous les potards un cran au-dessus. Et l’équilibre dans tout ça ? Il est fragile, indubitablement. Quatre titres. Deux centraux qui jouent la carte du drone, de la recherche d’ambiance, de l’installation d’une forme d’inquiétude. Et à la périphérie, ceux qui sont de loin les plus intéressants. « Peasantry or light inside of light ! » amène l’orient et le doom / sludge dans l’équation, puis embraye sur une note beaucoup plus légère, conjuguant riff et violon, pour aboutir sur une partie plus classique. « Piss crowns are trebled » suit un schéma à peu près analogue tout en restant moins réussi, plus conforme à ce qu’on attend du groupe, un poil trop redondant. Et pourtant, l’ensemble fonctionne, car ce qu’on en retient, c’est le mariage de la nouveauté et de la tradition, la capacité du groupe à se renouveler. Pour autant, ce nouvel album reste pour moi un peu trop timoré et précautionneux pour me convaincre à 100%.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Le groupe canadien le plus culte après Skinny Puppy est de retour ! Pour les néophytes, le collectif produit un rock à la fois riche et minimaliste, uniquement instrumental, avec de longs morceaux à la progression lente mais immuable, que d'aucuns qualifient de post rock. Fidèle à lui-même, GYBE nous…
  • 10000
    Émanation du label canadien constellation et formé en partie des membres de l’activiste Godspeed You Black Emperor !, Silver Mt Zion revient un an à peine après le bon mais pas inoubliable « Born Into Trouble As The Sparks Fly Upward ». Même si le groupe a toujours du mal…
  • 10000
    Deuxième album pour ces suisses au nom difficile, évoquant certainement la ville du siège de la Nasa ukrainienne. Car d'espace, il en est question ici. Quatre titres pour plus d'une heure de musique, c'est vous l'aurez compris un voyage au coeur du post-rock qui nous est proposé ici. Mais pas…
  • 10000
    Découvert avec son fantastique premier album "Life is elsewhere", l'anglais (mais résident en Bretagne) Robin Foster m'avait impressionné et séduit à la fois avec son post rock d'une grande beauté, transcendant l'émotion de son compositeur. Etant complètement passé à côté du deuxième album du monsieur, cette troisième oeuvre est pour…
  • 10000
    Le post rock n'a jamais eu le vent en poupe. Mais ici et là, quelques-uns de ses fervents défenseurs se dressent envers et contre tous pour laver son honneur bafoué. Neko est de ceux-là. Mais si le post rock est à la barre ici, il n'est pas seul maître à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *