GHOSTPOET : I grow tired but dare not fall asleep

En 2017, Ghostpoet ébranlait un peu ma manière de voir les choses, juxtaposant les styles et les ambiances avec une attitude dont on ne sais pas vraiment si on doit la qualifier de nonchalance ou de cynisme. C’est là que se trouve la tanière de Ghostpoet, dans un entre-deux, entre nuit et jour, noirceur et éclairs de génie, chaos expérimentatoire et labyrinthe inter-dimensionnel d’architecte obsédé. Du coup, pour ce deuxième album que je viens à écouter, ma première impression (la même que la deuxième ou la dixième en fait) ne change pas : je ne comprends pas tout, je ne partage pas un enthousiasme égal pour tout, mais je trouve tout intéressant. La comparaison avec un Tricky a toujours cours, mais « I grow tired but dare not fall asleep » est bien sûr beaucoup plus qu’un ersatz. C’est un artiste qui regarde la musique sous un angle qui lui est personnel, et y voit des hypothèses qu’il s’emploie par la suite à vérifier. Parfois avec succès, parfois moins, mais peu importe, il le fait quand même, par amour de l’art. Alors on peut déceler ici des tonnes d’influences et d’idées différentes, mais on ne peut certainement pas décrire la musique de Ghostpoet avec des qualificatifs ayant cours dans tel ou tel style. S’il y a bien un artiste inclassable, c’est lui. On peut cocher les cases trip hop, electro, rock indé, musique contemporaine, slam, peut-être même d’autres que je n’ai pas perçu, et ce pour plusieurs titres différents ; rien ne ressemblera jamais à ce que vous connaissez, et chacun aura probablement son ou ses préférés. Pour moi, il s’agit de la bien sombre « Humana second hand », mais quelques autres ne sont pas loin derrière. Encore une fois, c’est un disque exigeant et loin d’être immédiat mais plein de trouvailles que nous a concocté l’anglais !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    J’avais bien entendu parler de Ghostpoet mais n’avais pas encore eu l’occasion de m’y frotter. Ce quatrième album est donc l’occasion rêvée de le faire. Ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre, « One more sip », mise en bouche au rythme electro hypnotique et au phrasé chelou me paraissent quand même…
    Tags: ghostpoet, on, a, bien, trip, hop, i, electro, y, ne
  • 10000
    Je dois dire que ce nouvel album du grand Saul me fait autant envie que peur. Parce qu'après avoir accroché l'oreille sur ses deux premiers albums, le bonhomme faisait tout et son contraire, et se faisait une orgie stylistique et scénaristique qui finissait par donner le tournis. Ah, les artistes !…
    Tags: a, rock, bien, slam, y, on, electro, ne, c'est, lui
  • 10000
    Faire du hip-hop en s’écartant du chemin arpenté et tellement incrusté dans le bitume qu’il ressemble à un tatouage permanent, ça devient de plus en plus exceptionnel. Ceschi est un rappeur du Connecticut qui va faire son marché un peu partout, y compris dans des genres populaires comme le r&b,…
    Tags: on, ne, bien, y, rock, hip, hop, indie, electro
  • 10000
    Il faut dire ce qui est ; je suis incapable, jusqu’ici, de citer le moindre bon disque débarqué de Corse. Alors oui, ça veut dire que je n’apprécie pas vraiment les polyphonies corses, désolé si je vous déçois. Si je vous dis ça, vous le voyez venir, c’est que Aïtone nous…
    Tags: on, a, ne, indie, slam
  • 10000
    Oh, Saul, comme le temps fut long depuis ton dernier album ! Certes, ça ne fait que deux ans, mais en terrain slam ou hip-hop, comme tu es le seul à faire tomber les barrières et exploser les œillères avec un tel talent, je ne me lasse pas de te…
    Tags: c'est, ne, a, on, y, tel, slam, bien, rock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *