FRUSTRATION : Empires of shame

frustration_empires

En 2013, « Uncivilized » m’a mis une sacré margnouf’ à travers em’guife, comme on dit par chez moi. D’autant plus que je ne l’ai pas du tout vu venir ; je confesse être assez bête pour ne pas me méfier de la scène française, et ne pas prêter attention au post-punk en général. Quel con, mais quel con ! Car on a ici un bel exemple de ce que l’opiniâtreté et la défiance peuvent générer de meilleur. Présent depuis 2002, Frustration ne sort que son troisième album. Mais rien n’y est laissé au hasard : la voix de Fabrice Gilbert y est encore plus en place, les riffs y sont plus carrés, moins de choses dépassent et pourtant on ressent toujours cette hargne punk de tous les instants. Les aspects electro restent discrets, n’occultant jamais l’énorme empreinte rock du groupe. Bien sûr, l’aridité glacée du son et le ton emphatique de la voix de Fabrice peuvent froisser l’oreille du novice arrivé là par hasard. Mais il y a ici quelque chose de fascinant, de magique, un savoir-faire et une vision propre du genre qui ne se démentent jamais. Certes, j’aurais aimé y retrouver un hit hypnotique aussi puissant que « It’s gonna be the same », mais « Empires of shame » reste hautement recommandable, et bien loin de l’image du post punk que véhiculent des groupes plus jeunes et auréolés d’un succès pas forcément mérité.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Jeune groupe anglais formé par tout sauf des anglais, Fews a bien vite été signé par Pias et sort aujourd'hui son premier album de post punk. Un beau début de carrière qui laisse envisager certaines qualités. Et lorsque « I.D. » démarre, j'y vois certes un titre très classique dans le son…
  • 10000
    Vous le voyez ce gouffre au beau milieu d'une étendue d'eau déjà bien inquiétante sur la pochette du troisième album du trio de Detroit ? Et bien si vous vous y penchez un peu, vous apercevrez peut-être la première critique que j'en ai faite. Non, ce n'est pas un effet de…
  • 10000
    Deuxième album pour les New-Yorkais de Drowners. Au programme, un rock indé aux légères incursions post punk (quelque chose dans les guitares) et aux mélodies efficaces. Que les titres soient fortement teintés eighties ou plus actuels, ils ont tous ce quelque chose qui les rend sympathiques. « On desire » n'est ni…
  • 10000
    Un titre sympa, une pochette à la fois énigmatique et très révélatrice, puisqu'on y dénote des influences garage et psyché, il n'en faut parfois pas plus pour avoir envie de découvrir un disque. The Ukiah Drag, donc, est un groupe floridien qui sort ici son premier album, soit sept titres…
  • 10000
    Eagulls est anglais et s'est apparemment nourri de cold wave. Je n'ai pas eu l'occasion de découvrir leur premier album, mais dès les premières mesures de la superbe « Heads or trails », je suis transporté. Et vous qui avez aimé le désespoir glacé de The Cure seriez bien avisés d'y prêter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *