FRENZAL RHOMB : Hi vis high tea

Oh, putain, Frenzal Rhomb les amis ! Tout ça ne me rajeunit pas ! Formé en 1992, le groupe de Sidney a bien usé ses roues de skate depuis sa formation. Ma première rencontre avec lui doit remonter à 1996 et la compilation de Fat Wreck Chords « Survival of the fattest ». Il s’inscrivait alors dans la mouvance punk / hardcore mélodique avec des titres courts, intenses et rigolards. Il n’était pas le seul dans celle-ci, et pas forcément inoubliable non plus, mais j’en garde un souvenir sympathique, un peu (beaucoup?) lié à la magie de la découverte adolescente. « Hi vis high tea », donc, est le neuvième album du groupe, et celui-ci n’a apparemment pas changé grand-chose à sa formule : en 20 titres pour 35 minutes, l’affaire est bouclée. Jason Whalley a toujours la même voix, les chansons toujours la même énergie, le riffing est toujours affuté et… ce disque ressemble comme deux gouttes d’eau à ses prédécesseurs. Est-ce que c’est une mauvaise chose ? Est-ce que, pour autant, je n’en ai pas apprécié l’écoute ? Non. Frenzal Rhomb est comme feu No Use For A Name, NOFX et quelques autres ; il campe sur ses positions et semble ne jamais vieillir. Du coup, on se sent (presque) toujours aussi jeunes. Et ça c’est pas mal, même si ça dure qu’une demi-heure. « Hi vis high tea » est un bon disque, pas exceptionnel mais qui sait aller droit au but sans surcharger des titres qui n’en ont pas besoin ou se donner de grands airs. Validé.

Site officiel

Frenzal Rhomb : Classic pervert

Related Posts

  • 10000
    Vieux routier du punk rock, Pennywise a beaucoup fait parler de lui à l'occasion de ce neuvième album, disponible en téléchargement gratuit par le biais de myspace. Il faut dire que c'est un peu le seul moyen de faire parler de soi quand on pratique un punk rock certes très…
  • 10000
    Tony Sly était un putain de songwriter. Mon plus grand regret sera de l'avoir raté en concert à un jour près. Alors je me dis que ce rendez-vous raté, d'autres l'ont peut-être eu aussi. Voici donc, un peu plus de deux ans après son tragique décès, une séance de rattrapage.…
  • 10000
    Combinaison parfaite entre le punk rock mélodique d'un Bad Religion et le heavy metal classique, Strung Out promène sa carcasse depuis 1994, pilier d'une scène ne manquant pas de bons groupes, ce qui l'a un peu relégué derrière ses collègues plus médiatiques, intentionnellement ou pas. Pourtant, ne vous y trompez…
  • 10000
    Troisième album pour Sum 41, virage important et intéressant d'une carrière débutée par un album de heavy punk mélodique et continuée en empruntant un punk hardcore parfois plus violent que ce qu'on aurait pu attendre du groupe. Alors qu'en est-il? On avait déjà su par la presse que ce disque…
  • 10000
    Eternalis, à l'instar de son grand frère Victory, passe peu à peu de label dédié au hardcore à une boîte avec une ligne de conduite musicale plus floue, et j'avoue que je m'en réjouis. Non pas que le hardcore me soit désagréable, bien au contraire. Le fait est que le…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *