FOXING : Draw down the moon

Je ne sais pas ce qui se fume du côté de Saint Louis, Missouri, mais ça doit être pas mal. Je ne m’attendais à rien de spécial en lançant ce quatrième album du groupe, j’avais juste vu la photo des zigues, l’air de gentils garçons un peu geek sur les bords, et la pochette assez wtf du disque avec le qualificatif « indie rock » apposé dessus, ce qui, convenons-en, peut refléter bien des réalités. Et puis hop, je lance « 737 », qui commence comme une (indie) pop song classique et plutôt douce, pas désagréable du tout, mais plutôt attendue. Et puis, au bout d’un peu plus de 2mn30, le titre explose, expose des influences et sonorités que je n’avais pas anticipées, ne connaissant rien du curriculum vitae du combo. Rien de mieux pour éveiller ma curiosité pour le reste du disque que cette démonstration d’imprévisibilité. « Go down together » démarre, elle, façon electro-pop ; mais on est où là ? On trouble un peu les pistes en cours de titre, en amenant un peu plus de pop indie, et ce clip improbable. « Beacons » reprend les mêmes bases au départ (un peu trop d’ailleurs) mais se fait plus percussif et entraînant : ok, je suis dedans. Arrive ensuite la chanson-titre, autre concentré d’énergie entre electro pop, indie rock, emo et créativité débridée. On passe donc de moments très accessibles et poppy à d’autres plus expérimentaux et raides, sans toutefois être fortement bousculés ; les chansons conservent leur haute teneur mélodique. Et on s’habitue assez vite à trouver une dose de pétulance, de folie au sein des titres, si bien qu’un titre aussi simple que « At least we found the floor » déçoit forcément. Ceci dit, se retrouver avec un titre frisant le rock progressif en fin de parcours (« Speak with the dead ») surprend tout de même un peu. En fin de parcours, on a d’ailleurs un peu de mal à tracer un bilan de l’écoute, partagé entre émerveillement et agacement. « Draw down the moon » est une œuvre complexe qui a besoin d’être digérée,et pour ce faire réétudiée. Elle souffle le chaud et le froid, et il sera tout à fait possible de n’en apprécier qu’une parcelle. C’est en tout cas une expérience assez passionnante.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    En 2016, le premier album de Klangstof, « Close eyes to exit », m’avait tout simplement subjugué. Et j’avais peur, à l’époque, que le prochain album des hollandais ne marque la chute brutale du style indie pop en état de grâce. Me voici aux portes de la révélation, et autant vous dire…
    Tags: a, n, ne, on, l, plus, indie, d, bien, pop
  • 10000
    Comett fait partie de la foultitude d'artistes oeuvrant dans l'ombre de plus grands, pas forcément avec moins de talent mais sûrement avec moins de pouvoir médiatique. Du coup, je n'en avais jamais entendu parler avant qu'ils ne m'envoie la chanson « Love is what you make it » sur groover. Ce premier…
    Tags: plus, d, pop, the, rock, ne, se, titre, entre, on
  • 10000
    En me retrouvant face à ce nouvel et cinquième album du trio montrealais Plants And Animals, je me rends compte que ça fait un bon moment que je n’ai pas pris de nouvelles d’eux. 10 ans pour être exact, comme me le rappelle avec une pointe d’accusation « La la land »…
    Tags: d, plus, pop, se, on, titre, l, c, qu, rock
  • 10000
    Alex The Astronaut est le projet solo d'Alex Lynn, jeune australienne ayant lancé ce projet en 2016 et ayant déjà été remarquée par la scène musicale et médiatique de son pays grâce à deux ep et une poignée de singles réussis. Des faits d'armes qui lui ont même permis d'être…
    Tags: the, a, plus, bien, assez, indie, disque, pop, se, jeune
  • 10000
    Drab City est un nouveau venu sur la scène indie pop, mais il est constitué d’un duo ayant déjà expérimenté dans d’autres formations ce qu’ils voulaient ou ne voulaient pas faire avant de se retrouver, s’enfermer ensemble et communier à travers la musique. Un duo fusionnel donc, recroquevillé dans un…
    Tags: d, qu, ne, pop, on, assez, plus, se, n, c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.