FOO FIGHTERS : Medicine at midnight

Dave Grohl est, à n’en pas douter, l’une des personnalités actuelles du rock les plus marquantes pour notre siècle. Il a collaboré à l’éclosion d’une légende, d’un genre, puis formé l’un des groupes les plus influents et respectés du monde. Et puis, bon, c’est quand même un mec en or d’un point de vue personnel. Alors forcément, ce nouvel album était sacrément attendu. Le choix du groupe a été, ici, celui de proposer quelque chose de différent de ses habitudes. Comment ce choix va-t-il être accueilli ? Ok, le groupe est déjà connu pour produire un bon gros rock pour stades. Mais là, effectivement, il passe un cap. Et on y est confronté dès le départ, avec une « Making a fire » bien chargée en choeurs féminins « nanananana », que je trouve assez abominables. Dommage car sinon, le titre est assez conforme à ce qu’on peut attendre du groupe, peut-être plus pop. On enchaîne avec « Shame shame » (premier single sorti) mid-tempo assez poppy également, et porteuse d’un petit esprit Queens Of The Stone Age. « Cloudspotter » se situe entre rock musclé et pop rock… et ne me convainc pas plus. « Waiting on a war » commence comme une semi-ballade, avant de s’énerver sur son dénouement. Arrive la chanson-titre, très funky, assez seventies, pas mal foutue. « No son of mine » nous sort un riff metal, et apporte une tension qui ne tarde pas à éclater. « Holding poison » est un autre titre pop rock classique et typique des Foo. « Chasing birds » surprend par son changement de ton, ballade pop totalement apaisée… mais un peu plate. « love dies young » clôt la marche par un titre plus classique dans son rythme et sa diction, bien qu’il soit habité également par une écriture pop vintage. Sur tous ces titres ou presque, on reconnaît la patte Grohl, mais il manque pour moi quelque chose pour faire de ce dixième album du combo autre chose qu’un disque qu’on se passe en fond sonore sans y penser. Conçu pour être un « feel good record », il n’atteint pas pour moi totalement sa cible. Bof.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Certains, et je n’en suis pas, s’étonnent du retour des Foo Fighters après les ennuis de santé de son leader incontesté et les atermoiements récents. Mouais. Dave Grohl a toujours été fondu de rock, il il dispose avec ce groupe une totale carte blanche ; pourquoi donc changerait-il quelque chose à…
    Tags: n, a, s, foo, fighters, rock, d, faire, on, the
  • 10000
    J'aime bien les Foo Fighters. Ouais, j'les aime bien, vous voyez ? Un peu comme ce qu'on dit à une fille qu'on aime pas d'amour, juste d'amitié, qu'on aime voir une fois de temps en temps, avec qui on passe de bons, voir très bons moments, mais qu'on a jamais…
  • 10000
    La bande à Dave Grohl n'a jamais déçu, ou si peu, que chaque nouvelle galette est un petit événement. Et le bougre a beau feindre le contraire, il le sait bien. Pour preuve, ce « Bridges Burning » introductif, petite tuerie introductive qui saura mettre en appétit n'importe quel fan. Après une…
    Tags: bien, fighters, foo, se, on, titres, disque, groupe, album, peut-être
  • 10000
    Quand on est trois jeunes frères anglais qui montent leur premier groupe, en pratiquant u style à cheval entre rock alternatif et punk rock, je pense qu’on est bien loin de s’imaginer que, quelques années plus tard, une pointure de la trempe de Johnny Marr puisse rejoindre les rangs de…
    Tags: d, pop, on, plus, bien, qu, the, a, rock, s
  • 10000
    Positionné à ses débuts sur un style à cheval entre pop punk et rock alternatif, You Me At Six n’a jamais trop attiré mon viseur. Mais des difficultés diverses ont conduit il y a peu le groupe au bord de l’implosion, et à une remise en question de leurs habitudes.…
    Tags: d, me, groupe, a, ne, rock, plus, assez, disque, at

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.