FONTAINES D.C. : A hero’s death

Je connais Fontaines D.C. De réputation. Bonne, sans quoi je ne serais pas là. Mais c’est ma première rencontre avec le groupe irlandais. Et je ne suis pas déçu. J’en ai écouté, des disques post punk, surtout depuis quelques années que le style est revenu au goût du jour. C’est un genre dont j’apprécie la rigueur rythmique, la rudesse, le ton charbonneux. Mais c’est un style qui peut aussi s’avérer répétitif, et redondant d’un groupe à l’autre. DU coup, quand on tombe sur un disque comme « A hero’s death », qui s’écarte du style très formaté pour y intégrer des éléments exogènes qui lui amènent une bouffée d’air frais. Et paradoxalement, ces éléments me rappellent aussi, subrepticement, furtivement, un autre groupe irlandais que j’adore ; Whipping Boy. Sur « I don’t belong », le premier titre, c’est confondant. Et pour moi, ça suffit à faire partir la machine, et rendre ce disque excitant. « Love is the main thing » me plaît moins, mais installe une ambiance d’une noirceur qui contraste vraiment avec son titre. Arrive ensuite « Televised mind », le premier single, une pure merveille de post punk. « A lucid dream » apporte quelques jolies petites explosions sonores. « You said » ralentit le rythme mais se fait hypnotique. « Oh such a spring » est désarmante de beauté. La chanson-titre se fait plus vibrante et explosive. La cynique « Living in america » amène des effluves rock n’ roll. « I was not born », trop monotone, est peut-être le titre le moins convainquant de l’album. « Sunny » verse dans une sorte de pop laid back assez déroutante. Enfin, « No »me rappelle également les titres les plus apaisés de « Heartworm ». Bref, j’ai globalement pris mon pied avec cet album qui, s’il n’est tout de même pas dénué de longueurs, est une réussite !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Remo Drive est un groupe formé en 2013 et assez rapidement signé par Epitaph sur la base d’un premier album autoproduit. Aujourd’hui la formation du Minnesota accouche de son troisième opus. Le groupe, mené par les frangins Erik et Stephen Paulson, produit ici un style malin à cheval entre influences…
    Tags: assez, s, on, a, groupe, ne, moi, punk, n, y
  • 10000
    S'ils se sont rencontrés sous d'autres cieux musicaux (le punk hardcore), les membres de Mundy's Bay ont choisi par ce premier album de se réinventer et de s'exprimer au travers d'un indie rock mâtiné de post punk, de l'énergie du rock alternatif et d'une patte mélodique pop. Mundy's Bay ne…
    Tags: plus, punk, premier, se, rock, album, pop, d'une, post, ne
  • 10000
    Bambara est un groupe New-Yorkais assez discret, qui sort pourtant son quatrième album avec « Stray ». Il faut dire que le style du groupe n’est pas ce qui qu’il y a de plus radiophonique. Pourtant « Stray » m’a collé au mur. Qu’y trouve-t’on donc ? Du post punk, de l’indie rock, des guitares…
    Tags: groupe, album, ne, titre, assez, ambiance, death, s, titres, punk
  • 10000
    Si vous pensiez que le post punk était l’affaire de quelques poseurs, pillant le cadavre de Joy Division en distillant ça et là quelques riffs bien sentis et des textes convenus sur le mal-être, ravalez votre venin. Car voici The Murder Capital, et les dublinois ramènent ici autant de fièvre…
    Tags: s, the, i, on, ne, genre, groupe, punk, quelques, post
  • 10000
    Je ne suis pas un fervent défenseur du post punk, mais sa froideur et son urgence peuvent, à l'occasion, me charmer. Et ça a été le cas en 2013 avec le « Uncivilised » de Frustration, dont le « It's gonna be the same » a laissé une trace indélébile en moi. Depuis, je…
    Tags: plus, moi, a, ne, suis, n, groupe, me, album, faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *