FOGH DEPOT : Turmalinturm

Les formations étiquetées dark jazz ne sont pas légion, alors chaque sortie du genre est scrutée à la loupe par les fans du genre. Aujourd’hui nous nous interesserons à Fogh Depot, trio moscovite qui, comme souvent, fait se croiser dark jazz et electro-ambiant pour un résultat sombre et créatif. Il faut dire qu’on est jamais bien loin de l’expérimentation voir de la musique contemporaine ici. Les huit titres de ce deuxième album ne se départissent jamais d’une certaine mélancolie qui colle très bien au genre. Le rythme est présent mais discret, déviant, l’électronique et l’acoustique se conjuguent à merveille, les aspects extraterrestres sont une valeur ajoutée indéniable qui amènent du sel à un plat plutôt glacé et néanmoins délicieux. « Turmalinturm » s’impose vite comme une réussite du genre, mêlant à la fois la rigueur electro néo classique d’un Jacaszek et les pièces crépusculaires dark jazz d’un Dale Cooper Quartet. Un choix sûr.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Artiste rare, discret et pourtant assez prolixe, Michal Jacaszek avance à pas feutrés, avec l'obsession de mélanger ambiant, electronica et musique classique. D'autres l'ont déjà fait et le font encore, mais Jacaszek n'en a cure ; pointilleux et persévérant, il persiste et signe. Et signe d'ailleurs avec le label Ghostly International…
  • 10000
    L'occasion de découvrir une nouvelle formation de dark jazz ne se présente pas tous les jours. Pour tout dire, à part Bohren & der Club Of Gore et The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble, je ne connais aucun autre prétendant au trône d'hériter d'Angelo Badalamenti. Pour ceux qui ne seraient pas au…
  • 10000
    Ben Lukas Boysen, c'est un nom qui me disait quelque chose. Ah mais bien sûr ! C'est le berlinois derrière Hecq, dont j'ai évoqué le «Mare Nostrum » dans ces pages il y a quelques temps. « Spells » est son deuxième album en son nom, et n'a absolument rien à voir avec le…
  • 10000
    Le jazz fait partie des rares genres musicaux qui n'ont d'habitude pas du tout mes faveurs. Mais, le temps aidant, quelques petits malins ont su glisser dans mes esgourdes des notes bleues. Il faut dire aussi que depuis une dizaine d'années, le jazz s'affranchit de ses limites, fricotant avec l'électro,…
  • 10000
    Huitième album pour Bohren et son club funèbre. Si le genre développé peut surprendre le promeneur du dimanche, ceux qui ont déjà rencontrés les allemands savent à quoi s'attendre ici : de longs titres, à la fois sombres et paresseux, égrainant les notes doucement, les laissant résonner dans la nuit.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *