FOALS : What went down

foals_whatwentdown

« Holy fire », le disque précédent de Foals, quittait les terres de l’indie pop pour faire un passage remarqué dans le rock. Un changement de cap qui en a désarçonné certains. Mais c’est oublié que les oxfordiens sont coutumiers du fait ; le fossé entre « Antidotes » et « Total life forever » était, lui aussi, assez important. Je ne sais donc pas vraiment à quoi m’attendre avec ce quatrième album. D’entrée, « What went down » nous rappelle que Foals sait désormais faire parler la poudre. Brut et agressif, il constitue une entrée en matière pour le moins audacieuse. La tension redescend d’un cran avec « Mountain at my gates » qui s’inscrit pourtant dans la même logique, une pointe d’émotion en plus. « Birch tree » renoue avec les ambiances développées dans « Total life forever », se faisant plus groovy et pop, suivi de près par « Give it all » et « Albatross » dans une moindre mesure, puisque ce dernier s’avère plus sombre. Cette première moitié d’album est donc une sorte de pot-pourri de toutes les facettes du groupe. Arrive « Snake oil » qui la rejoue rock musclé, et c’est reparti pour un tour jusqu’à la clôture de ce quatrième opus qui tient encore une fois toutes ses promesses, en recyclant le savoir-faire du groupe sans en avoir l’air, et inscrivant chaque titre parmi les futurs classiques de concert. Alors oui, on est moins surpris par ce « What went down », mais ça n’enlève rien à ses qualités et au plaisir qu’on éprouve à l’écouter et le réécouter.

Paroles de l’album

Site officiel

Foals : What went down

Related Posts

  • 10000
    Vous savez quoi ? Foals, c'était la sensation indie-pop de 2008 ! Et bien moi, je suis to-ta-le-ment passé à côté ! Alors aujourd'hui, je vais essayer de me rattraper avec le deuxième album de ce quintette anglais. « Blue Blood » débute, et je l'accueille avec une moue circonspecte ; « Comment…
  • 10000
    Le côté intimiste, mélancolique, riche en émotions sans pour autant renier sa facette rock pourrait nous amener à changer le titre de ce disque en "Turn Off The Bright Lights". Car on a pas envie qu'une lumière trop crue ne vienne nous gâcher le plaisir égoïste que l'on éprouve en…
  • 10000
    Sous-estimé, sous-médiatisé, sous-marin, « Heartworm » est de ces albums-météores qui traversent votre vie sans prévenir et vous laissent la peau à vif. Peu d'informations sur le groupe qui l'a fait naître, à la longévité inversement proportionnelle à son talent. Formation irlandaise, Whipping Boy est de ces artisans discrets et efficaces qui…
  • 10000
    A l'origine, cette formation danoise donnait dans le punk rock hybride. Bien malin serait celui qui saurait le deviner à l'écoute de ce troisième album du groupe. Oh, bien sûr, il n'a pas basculé totalement du côté pop de la force, mais avec l'arrivée d'instruments plus classiques (violoncelle, trompette, guitare…
One comment to “FOALS : What went down”
One comment to “FOALS : What went down”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *