FIREBREATHER : Dwell in the fog

La musique des suédois de Firebreather ne brille pas par son originalité : soit. Le groupe mélange, comme énormément de formations, le sludge, le doom et le stoner. Il évoque pas mal d’autres groupes, parmi lesquels Mastodon. Voilà, c’est dit ; si on cherche autre chose, on va ailleurs : parce que pour ce troisième album, le combo ne va pas révolutionner les choses. Ce qui ne veut pas dire qu’il soit inintéressant, bien au contraire. Je n’ai pas écouté les autres mais ce disque déploie une science de la composition assez redoutable. Dès « Kiss of your blade », un riff terrassant, une rythmique de plomb et une voix bien rugueuse nous accueillent et ça a beau être très classique, ça fonctionne sans problème. Bien sûr, on aurait envie de voir Mattias Nööjd moduler un peu plus ça voix, à la manière d’un Kirk Windstein par exemple. En fait, on pourrait assez vite fantasmer sur la présence de ce dernier sur ce disque. Mais soit. Après tout, cet organe sied tout à fait à la musique. Le disque est composé de six titres pour un peu moins de 40 minutes de musique. Ce qui est suffisant puisque les ingrédients d’un titre à l’autre sont assez similaires, et pas « trop » pour éviter la lassitude. Si j’ai évoqué Crowbar un peu au-dessus, ce n’est pas un total hasard : les deux groupes partagent le même goût pour une puissance écrasante, abrasive, teintée de groove et riche en mélodie. Bien sûr les américains sont bien plus marqués par le doom et le côté dépressif, mais Firebreather pourrait facilement basculer, et on devine que les deux camps partagent des influences communes. En tout cas, « Dwell in the fog » a tout de la force tranquille, du disque qui s’impose à son auditeur sans avoir l’air de se fatiguer. Solide.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Pas eu l’occasion de découvrir le premier album des écossais sorti en 2017. De ce que j’ai pu lire, c’est assez dommage. Pas besoin d’aller y voir, d’ailleurs ; dès qu’on lance ce deuxième opus, et alors qu’on pensait (vu l’artwork) se retrouver avec un énième album de sludge metal, on…
    Tags: on, plus, sludge, album, metal, titre, bien, se, homme, jeune
  • 10000
    Revoilà Bong et son drone doom sludge stoner. Que peut-on en dire ? Qu’il réitère le coup du « j’te ponds deux titres ultra-longs et embrumés » ? Oui. Qu’il le fait cependant avec intelligence, en exploitant au mieux quelques notes égrenées, des riffs étirés, une puissance pachydermique, un chant presque mystique, des ambiances…
    Tags: ne, dire, soit, on, titre, plus, titres, stoner, sludge, doom
  • 10000
    On assiste depuis quelques années à une recrudescence du doom metal. Qu'il ait choisi ou pas de s'acoquiner avec le stoner ou le sludge, le genre ressurgit sous des formes et des drapeaux divers, et n'en finit pas de rendre hommage aux parrains, de Black Sabbath à Pentagram. Witchcraft s'est…
    Tags: plus, assez, groupe, se, bien, contraire, exemple, titres, n'est, côté
  • 10000
    Le stoner et le sludge ont le vent en poupe, et on ne va pas s'en plaindre. Pour autant, voir débarquer un nouveau disque du genre tous les 3 matins, j'ai bien peur que ça devienne lassant à force. Vous me direz ; "rien ne t'oblige à les écouter, dugland…
    Tags: ne, se, cas, voir, bien, côté, on, stoner, veut, sludge
  • 10000
    Depuis ses débuts, il a toujours été ardu de définir précisément le style musical des anglais de Puppy. Si le qualificatif d'hybride revient souvent, le détail est plus brumeux ; noise rock, grunge, rock alternatif, sludge, occult rock ? Tout ça se bouscule un peu, et au final on est pas beaucoup…
    Tags: on, plus, a, c'est, se, veut, cas, groupe, titres, stoner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.