FATIMA AL QADIRI : Brute

Brute

Originaire du Koweït mais vivant à New York où sa musique foisonnante et visionnaire est il est vrai bien plus à sa place, Fatima Al Qadiri nous revient cette année avec un deuxième album à la pochette magnifiquement évocatrice. « Endzone » installe une atmosphère de guerre civile, un univers urbain et dur qui sera dépeint encore et encore au sein des onze titres de ce disque. Comme sur les précédents, c’est à grand renfort de claviers que se bâtit ce monde. Oui, mais au sein même de cet album, et sans connaître même le reste de l’oeuvre de la productrice, on se retrouve confrontés à une répétition de sonorités qui frise l’abus. Oui, la dame est douée pour accoucher de mélodies étranges et de titres qui mettent mal à l’aise. Mais si « Brute » est bon, s’il enchaîne les idées brillantes, s’il montre un sens dramatique digne des plus grands compositeurs de musique de film, sa réalisation s’avère à mon goût trop minimaliste pour convaincre pleinement. Certes, ça donne à « Brute » une identité. Mais ça finit aussi par le desservir, et c’est bien dommage car Fatima Al Qadiri en a clairement sous le pied… Finalement, et c’est le comble, quelque chose de plus produit, plus arrangé, moins « brut » en somme, aurait mieux convenu. Espérons que le prochain fasse preuve de plus de diversité !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Non, mais sérieusement, faut arrêter. Il faut arrêter de m'envoyer des supers albums. Parce que moi, concrètement, je suis un fétichiste du disque. Et donc, m'envoyer un disque aussi excellent version numérique, ça ne va pas me suffire longtemps. Il faudra tôt ou tard que je le tienne entre mes…
  • 10000
    Ah, la scène electro italienne ! Elle est tellement, euh, ben, elle est... En fait je sais pas ; parce qu'à part les excellents Bloody Beetroots et Eiffel 65 (c'te gloire nationale...), je n'y connais rien. Alors l'occasion de découvrir (peut-être) avec Aucan une formation vraiment intéressante, je ne peux pas lui…
  • 10000
    M'étant déjà frotté à la musique du vénézuélien Arca en 2014, je savais déjà ce que j'allais trouver, ou plutôt ce que je n'allais pas trouver sur ce deuxième opus ; de la linéarité, de la facilité, de l 'ennui. Enfin, sauf si cet extraterrestre a décidé de changer complètement son fusil…
  • 10000
    En 2005, je tombe sur « One day at home » complètement par hasard. Le disque me plaît bien, tant d'ailleurs que je le note sur ma liste d'achat. Puis, mû par d'autres envies, ému par d'autres sonorités, je délaisse le parisien. Dix ans plus tard, voici que je retombe dessus ; j'y…
  • 10000
    Attention, disque extraterrestre. Hecq, c'est Ben Lukas Boysen, musicien allemand oeuvrant dans l'électronique au sens large, avec des gros morceaux d'ambient dedans. « Mare nostrum », septième projet du bonhomme, est, déjà sur le papier, unique tant conceptuellement que musicalement. Voyez plutôt : Mare Nostrum, c'est le nom d'un super-ordinateur ibère, entreposé dans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *