FASHION CLUB : Scrutiny

En 2020, « Uneasy laughter » ne m’avait pas retourné le cerveau mais avait fait preuve d’assez d’audace et de justesse pour que j’adopte son shoegaze / post punk. Alors que je m’attendais à un nouvel album, j’apprends que son leader a décidé de s’échapper en solo sous le nom de Fashion Club, et que le groupe a splitté. Me voici donc devant le disque, je le lance, et là…je découvre qu’il me parle encore plus que Moaning. Alors oui, j’ai dit il y a deux ans que le groupe parvenait à rappeler que le post punk n’était pas que « gris building », et sous-entendu que c’était une bonne chose. Mais je ne vais pas le nier, comme tout abstinent, j’ai du mal à résister à un album bien sombre et amer. « Scrutiny » comporte des composantes post punk, shoegaze et cold wave, c’est indéniable, c’est la base de son art. Et si après son écoute quelqu’un me disait qu’un titre ressemble quand même aux autres, que les mélodies sont interchangeables, que les sons manquent de variété, je ne saurais pas vraiment argumenter sans qu’on puisse me taxer de mauvaise foi. Mais je n’ai pas de problème avec ça, parce que tout simplement, ce style me correspond assez. Ce qui ne m’empêche pas de trouver un défaut à ce disque ; les effets sur la voix la font un peu trop se fondre dans l’ensemble. Et c’est dommage parce que quand on s’y penche un peu plus (et pas besoin de le faire beaucoup, d’ailleurs), on se rend compte qu’il y a ici et là des modulations dans le chant, une certaine théâtralité. Mais elle est finalement assez freinée par le partis-pris sonore. Ce qui ne m’empêche pas d’adhérer, mais finalement je ne le fais pas complètement. Pas parce que ce disque n’est pas assez bon, mais pour le sanctionner de son sabotage. Et oui, je suis dur. Mais juste. Et comme c’est moi qui ai toujours le dernier mot ici, je ne vais pas m’en priver. Mais les qualités sont assez évidentes aussi ; Pascal Stevenson a un don pour les mélodies et les orchestrations. Il n’en renie pas pour autant le rythme et l’atmosphère, et ne s’en laisse pas non plus submerger. Les titres sont relativement courts, et visent une forme d’équilibre teinté de la dualité du compositeur. « Scrutiny » me laisse un bon feeling, autant que cette impression d’inachevé ; et l’envie, au final, d’en découvrir plus, de voir la musique du projet se sublimer sur un prochain opus.

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Je ne suis pas un fervent défenseur du post punk, mais sa froideur et son urgence peuvent, à l'occasion, me charmer. Et ça a été le cas en 2013 avec le « Uncivilised » de Frustration, dont le « It's gonna be the same » a laissé une trace indélébile en moi. Depuis, je…
    Tags: plus, cold, a, ne, laisse, groupe, me, album, se, wave
  • 10000
    Nouvelle émanation de la renaissance post-punk / cold wave, Cold Showers revient avec un deuxième album qui ressemble plus à un ep, du haut de ses maigrelets 8 titres et 29 minutes. « She hangs on » entame la marche, introduisant petit à petit tous les ingrédients (attendus) du genre ; nappes de…
    Tags: cold, plus, assez, on, c'est, a, wave, album, indépendant, rock
  • 10000
    Gwendoline est un duo rennais qui a, comme souvent pour un combo français, un peu galéré. Ce disque, que vous découvrez en direct, est sorti en 2020 sur bandcamp. Il a attiré l'attention d'un label indé espagnol qui l'a publié. Et s'est vite retrouvé sold out. La question est « pourquoi ? ».…
    Tags: a, c'est, on, me, ne, se, qu'il, disque, plus, post
  • 10000
    Monika Brodka a pris son temps pour composer et sortir son cinquième album : « Brut » est en effet la suite directe du « Clashes » chroniqué dans ces pages en 2016. Cinq ans qui lui ont servi à redéfinir son style ; fini les influences pop sixties, bonjour l’electro pop dans l’air du temps,…
    Tags: on, disque, plus, pop, a, y, ne, rock, cold, wave
  • 10000
    Perturbator a longtemps été l’une des figures les plus emblématiques de la synth wave. Mais l’artiste, depuis quelques temps, se détache peu à peu du genre qui l’a fait connaître pour explorer d’autres horizons, tout aussi sombres mais plus variés. Pourtant, « Reaching Xanadu » s’inscrit dans un registre electro / synth…
    Tags: plus, a, on, y, laisse, album, wave, se, rock, gothique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.