FAKE IDEA : 166 bpm

Fake-IDea-166-BPM-Pochette-album

Depuis quelques années, quand on aime le rock, il ne faut plus se contenter de jeter un œil outre-manche et outre-atlantique ; les bonnes surprises peuvent venir de partout. En fait, elles peuvent même venir de la rue d’à côté. Une génération biberonnée à la fièvre rock, à la brûlure soul, aux sonorités funky est en train d’émerger et de montrer aux sceptiques que la préférence nationale n’est peut-être pas de la poudre aux yeux en fin de comptes. Aujourd’hui, je vous présente Fake Idea, un quatuor originaire d’Orléans qui joue un mélange entre rock, funk rock, soul pop et pop plus classique. Un style très en phase avec ce que peuvent proposer leurs collègues de The Red Goes Black dont j’ai déjà parlé dans ces pages. On trouvera donc ici aussi une alternance de styles créant une impression de voyage dans le temps et surtout l’espace, avec une prépondérance d’influences américaines. Fake Idea s’avère un peu plus « bleu » que rouge : on s’aventure plus volontiers ici dans la soul, le funk à la Prince (« Browner than U »), on fait un détour par le blues, voir le r&b (« Ashes of love »). Certes, certains titres évoquent volontiers le rock vintage, la pop eighties ou le hard rock de papa, mais globalement ce « 166 bpm » s’avère plus léger que son titre ne l’annonce. C’est peut-être en cela qu’il me convainc moins, moi l’enfant du rock, ou peut-être le groupe a-t-il simplement encore besoin de mûrir un peu pour pouvoir proposer des titres vraiment marquants. En tout cas, si je ne peux nier les qualités de Fake Idea, ni que ce premier opus est bon, je trouve qu’il lui manque encore une pointe d’acidité, une dose de mélodies imparables. A suivre !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Si je vous faisais écouter comme ça, à l'aveugle, un titre comme « It's all gone », le titre introductif de ce vrai premier album des bretons, et que je vous demandais la nationalité du groupe, je suis persuadé que la plupart d'entre-vous m'assèneraient un « américain ! » plein de conviction. Bon, ok, ce…
  • 10000
    Là, je suis scié. Scié que ce soit Relapse qui m'envoie dans les esgourdes un combo de la teneur musicale de Pinkish Black. Car de metal, il n'en est pas vraiment question sur ce troisième album du duo. Certes, la musique du combo est assez sombre, et on perçoit ça…
  • 10000
    Ephemerals est un groupe monté par le producteur et musicien Hillman Mondegreen, passionné de black music et compositeur émérite de nombreux projets musicaux ayant émergé depuis quelques années. Au chant, on retrouve (cocorico) un franco-américain. Je pourrais aussi vous dire que « Chasin ghosts » est le deuxième album du combo, et…
  • 10000
    Quelques années après sa mort, on en finit plus de chercher les héritiers de Zappa. Quelques mois après leur reformation, on guette les traînées de génie de Faith No More, celles-là même qui génèrent de jeunes pousses prometteuses. Voici aujourd'hui que ces recherchent se croisent et convergent là, sous nos…
  • 10000
    A huit ans sonnés, les Lillois de Ace Out ont décidé de frapper un grand coup. Un premier album en tant que cadeau d'anniversaire aux fans qui les suivent depuis leurs débuts assez neo-metal, c'est une délicate attention. Surtout lorsqu'il se pare de telles pépites que ce "Sweet sweat songs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *