FAITH NO MORE : We care a lot (deluxe band edition remastered)

Faith-No-More-We-Care-a-Lot

Oui, oui, je triche un peu. Mais bon, ce disque vient de ressortir, et l’occasion était trop belle de vous le faire découvrir. Comme beaucoup, j’ai découvert Faith No More en 1994, quand « Midlife crisis » tournait en heavy rotation sur MTV, chaîne à laquelle j’ai eu accès par le plus grand bonheur au fin fond d’un pays pas vraiment réputé pour son avant-gardisme musical. Et j’ai immédiatement accroché à l’univers du combo, et sa voix magique. Et puis, petit à petit, je me suis intéressé à son passé. Et j’ai absolument tout aimé. Alors ce disque, je le connais par cœur. J’en connais l’énergie punk, la voix nasillarde mais attachante de Chuck Mosley, premier vocaliste à l’hygiène de vie douteuse. J’en connais le goût des claviers, menant la danse, oscillant entre bizarre et génial, faisant mouche à tous les coups en tout cas. J’en connais les textes entre humour décalé, tentatives de prises de position et portnawak. J’en aime les forces (« We care a lot », « The jungle », « Mark Bowen », « Why do you bother », « As the worm turns », « Arabian disco »), et les faiblesses aussi (l’acoustique « Jim », la moyenne « Greed »). Les trois relectures menées par le groupe lui-même sont sympathiques mais un puriste comme moi continuera d’apprécier le format original, avec son côté certes plus bordélique mais assurément plus intense. Les démos sont un gadget rigolo, particulièrement l’intro qui sonne de nos jours très ringarde. Les live montrent un groupe qui aimait déjà sortir du cadre et faire des pieds-de-nez musicaux (le « Shout » des Tears For Fears sur « The jungle »). Bref, cette réédition vaut le coup surtout, comme souvent, pour le disque en lui-même. Alors si comme moi vous le possédez déjà, réécoutez-le, ça fait du bien. Et si ce n’est pas le cas, ne restez pas là à rien faire !

Paroles de l’album

Site officiel

Faith No More : We care a lot

Related Posts

  • 10000
    Les reformations, comme tout le monde, m'enthousiasment. Mais elles me font aussi sacrément flipper. Parce que, il faut bien le dire, les disques qui en résultent sont 90% du temps foireux. Faith No More, c'est peut-être mon groupe préféré. Pas dans le sens où j'ai toujours adoré ce qu'ils ont…
  • 10000
    Attention chef d'oeuvre. Après avoir créé la sensation dans sa patrie natale avec ses deux premiers albums, viré manu militari leur premier vocaliste Chuck devenu trop imprévisible et encombrant, embauché un jeune chanteur talentueux et créé le metal fusion, Faith No More a choisi d'évoluer un peu plus, et d'intégrer…
  • 10000
    Quelques années après sa mort, on en finit plus de chercher les héritiers de Zappa. Quelques mois après leur reformation, on guette les traînées de génie de Faith No More, celles-là même qui génèrent de jeunes pousses prometteuses. Voici aujourd'hui que ces recherchent se croisent et convergent là, sous nos…
  • 10000
    J'ai chroniqué il y a quelques temps un disque de 6:33 dans lequel intervenait une figure nationale du metal fusion, Arno Strobl. Mais je me rends compte avec horreur que je n'ai jamais rendu hommage à ce disque, qui le mérite pourtant amplement. Car ce « Vivalavida » , c'est un peu…
  • 10000
    Troisième album pour les fusionneurs français de 6:33. Et peut-être celui de la consécration. Car pour ces enfants de Faith No More et Mr Bungle (impossible d'en douter, ne serait-ce qu'au niveau du chant de Rorschach), auquel ils ajoutent volontiers Devin Townsend (pour qui ils ont d'ailleurs ouvert) et Carnival…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *