FADAH : Furieux

De l’importance du titre d’introduction. J’ai raté « Les loges de la folie », le premier album de Fadah. Et c’est le terrible « Camisole » qui m’introduit à son art, et se charge de me mettre K.O. d’entrée. Sur ce premier titre, le rappeur de l’Essonne, qui a depuis bien bourlingué, montre un talent d’écriture rare, un modernisme certain, un cynisme vénéneux. Le mec a des références, une faculté d’analyse et d’auto-analyse, un regard propre sur sa réalité, plein de bonnes raisons de s’exprimer. Et il le fait si bien que s’en est obsédant. Même quand il joue un peu beaucoup avec les codes musicaux actuels sur la deuxième partie de « Furieux », on accroche. Bien sûr, Fadah prend parfois des raccourcis, utilise quelques ficelles déjà élimées, facilitant le passage des idées, mais c’est suffisamment rare pour que ça passe inaperçu. Fadah n’est pas un sage, il l’avoue sans problème, mais pour autant ses textes sont autrement plus intéressants que chez la plupart de ses collègues. Un fou furieux certes, mais capable d’énormément de recul et d’auto-analyse. Une version améliorée de lui-même, voilà ce qu’il recherche, comme chacun de nous. Parvient il y parvient, parfois il tombe dans des travers qu’on ne connaît que trop bien, puisqu’on les partage un peu tous. Mais il parvient toujours à donner un sens et un rythme à tout ça, doué pour les punchlines et sélectif sur les tracks sur lesquels il les pose. « Furieux » est donc un disque de hip-hop moderne capable de parler à ceux qui aiment le rap street actuel, et les vieux routiers comme moi qui recherchent un style plus écrit. Belle performance.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ce serait mentir que d’affirmer que je suis autant attentif à la scène rap français qu’il y a dix ou vingt ans. Mais le genre sait me rappeler à son bon souvenir une fois de temps en temps, et me prouver que certains ont encore des choses intelligentes à dire,…
  • 10000
    « Boombap 2.0 ». Une jolie formule qui, Lacraps l’avoue, n’a pas de signification profonde. Vieilles formules à la diction moderne, pourrait-on dire ? Oui. Lacraps, nordiste d’origine, montpelliérain d’adoption, est venu tard au rap. Trop occupé à survivre. Ce qui ne signifie ni qu’il est plus « street » qu les autres, ni moins…
  • 10000
    Le troisième album du rappeur Dooz Kawa sera donc celui qui m'introduira dans l'univers fantasque, original et littéraire du strasbourgeois. Qu'on s'entende ; vous pouvez continuer à me traiter d'inculte parce que je ne comprends pas la poésie et le côté visionnaire de Booba, je m'en fous. Moi, ce que je…
  • 10000
    J'écoute peu de rap francophone. Mais j'ai la prétention de n'écouter que des choses de qualité. Il faut dire qu'à la différence du rap ricain je m'attache beaucoup au texte, à l'esprit, à l'attitude. Asocial Club, par exemple, est un collectif de mc's venus d'un peu partout mais avec pour…
  • 10000
    Avec Beat de Boul, les Sages Poètes de la Rue, en featuring ou en solo, Zoxea a toujours été respecté et écouté dans le milieu du rap français. Et pourtant, le bonhomme est plutôt du genre discret côté production discographique. C'est un animal à sang froid, prenant son temps pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *