ENVY OF NONE : Envy of none

Envy Of None est un nouveau nom, mais a bénéficié dès sa création d’une aura bienveillante de la presse spécialisée. Pourquoi ? Parce qu’il compte en ses rangs Alex Lifeson, un rescapé du groupe de rock progressif Rush. Pourtant, inutile de chercher à comparer les deux groupes ; ici, pas de trace du style ampoulé et lyrique des canadiens. Envy Of None part sur tout à fait autre chose, qui pourrait plus se rapprocher d’une electro pop / electro rock, qui m’évoque un peu un Garbage moderne et assagi. Quelque chose de doux-amer, léger mais mélancolique. La voix de la chanteuse Maiah Wynne fait beaucoup pour ça ; pas étonnant que Lifeson, suite à leur collaboration sur « Fearless girl », ait eu envie de collaborer plus avant avec elle. Elle possède une voix à la fois douce, sombre, sexy et évocatrice, apte à guider les ouailles dans l’obscurité. Et de l’obscurité, il y en a ici. Prenez par exemple « Look inside », que le compositeur a qualifié de presque stoner. De mon côté, j’y vois plus une interprétation presque doom. En fait, ça m’a fait penser à Type O Negative ; vous le sentez, vous aussi ? La guitare est là, mais ne kidnappe pas le premier plan, sauf sur quelques titres, qui ne sont pas forcément les meilleurs d’ailleurs (« Spy house », par exemple, est un peu trop référencé à mon goût, « Kabul blues » est trop simple…). « Envy of none », l’album, a les défauts d’un premier album. Il se disperse un peu, se montre un peu trop gourmand en nouvelles expériences, a le souhait de montrer qu’il est capable de bien des choses, trop certainement. Ceci dit, il compte aussi pas mal de réussites ; alors autant profiter de celles-ci, et se dire que le groupe capitalisera forcément là-dessus dans le futur.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    « Cuts » est le quatrième album des suédois de Port Noir à voir le jour, mais c'est le premier à atterrir ici. Pourquoi ? Probablement parce que je n'ai pas été assez attentif. C'est dans mes mails non lus que j'ai trouvé trace de celui-ci, ou plus exactement d'une proposition d'interview. L'occasion…
    Tags: plus, bien, rock, se, chose, album, qu'il, electro, voix, pop
  • 10000
    En 2019 , après avoir traîné des pieds, j’ai fini par céder aux sirènes de Frank Carter & The Rattlesnakes et son rock alternatif qui chasse sur de nombreuses terres. Et oui, c’est vrai, j’un un peu procrastiné aussi pour celui-ci. Parce que j’en veux un peu au groupe de m’avoir…
    Tags: plus, titres, album, ne, groupe, rock, pop, indépendant
  • 10000
    De disque en disque, ce trio américain glisse de plus en plus vers la pop. Enfin, corrigeons ça de suite ; si le disque a été composé en tant que trio, c'est version duo qu'il voit le jour, puisque le guitariste a été viré manu militari après des accusations bien moches.…
    Tags: plus, a, ne, bien, pop, album, y, rock, autant, titres
  • 10000
    Il y a en Angleterre une culture de la rencontre explosive. Skunk Anansie, The Prodigy, Modestep et j’en passe ont déjà exploité le filon. C’est au tour de duo féminin Nova Twins. Entre rock musclé, punk, hip-hop et electro, « Who are the girls ? » se charge de faire voler les idées…
    Tags: a, electro, y, bien, rock, ne, premier, plus, se, nouveau
  • 10000
    Bones Uk est, comme son nom l’indique en partie, un duo anglais féminin que l’on pourrait qualifier de « décadent », dans le sens où, pour définir sa musique, les donzelles ont choisi « des serpents, du sexe, du cuir et des motos ». Bon, ok, tout ça sonne terriblement cliché et un poil…
    Tags: plus, rock, ne, bien, a, electro, pop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.