EMPIRION : Resume

Formé en 1993, l’anglais Empirion a été contemporain de formations ayant fait émerger la partie la plus dansante et « dure » de la house et l’electro comme The Prodigy, que l’un des membres a d’ailleurs accompagné en tournée en tant que dj support. Signé chez Xl recordings peu de temps après, Empirion sort un premier album en 1996… Et puis plus rien. La faute à un cancer contre lequel l’un des membres a bataillé durant quelques années, avant de parvenir à s’en débarrasser il y a quelques années. Après ça, le goût et l’envie de faire de la musique a peu à peu refait surface, jusqu’à la réactivation du groupe fin 2010. Le temps de se remettre d’accord sur la direction à donner au nouveau matériel, et voici « Resume ». On aurait pu s’en douter, Empirion considérait ne pas avoir pu s’exprimer à sa guise ; on retrouve donc ici pas mal d’éléments de la jeunesse musicale du (désormais) duo. Big beat, breakbeat, techno, techno indus se tirent la bourre au sein de cet album clairement rétro, aux beats secs et aux boucles entêtantes. Très dancefloor, ce disque est l’enchaînement de onze (longs) titres durs et nerveux, traversés de quelques samples vocaux bien sentis au but principalement rythmique. Une musique qui m’évoque une formation comme Cubanate (même si Front 242 n’est pas loin non plus), une époque où la techno et l’electro-dark fricotaient tellement qu’il était difficile de les différencier. Et quel intérêt d’ailleurs ? En tout cas, « Resume » s’adresse surtout aux nostalgiques de l’époque et aux amateurs de musique électronique brutale et vénéneuse. Si vous n’avez pas peur de vous y frotter, lancez-vous, on a ici du classique mais bien efficace.

Facebook

Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *