ELIOT SUMNER : Information

Eliot_Sumner_-_Information

Je n’avais pas trop prêté attention aux débuts discographiques d’Eliot « Coco » Sumner au sein de son projet I Blame Coco : trop poppy pour moi de prime abord. Alors pourquoi m’intéresser aujourd’hui à cette deuxième sortie du bois ? Question de circonstances, à vrai dire. Suis-je alors moins légitime pour juger ce disque ? Pas forcément. Et non, je ne dis pas ça pour me faire mousser, mais bien parce que ce changement d’identité marque aussi un changement de cap. Si on se situe encore en territoire electro-pop, on a ici basculé du côté sombre. Et c’est plutôt agréable. La voix de la demoiselle y gagne du coup en dramaturgie, et se rapproche d’autant plus de celle de son père. C’est même assez bluffant parfois, et je me suis demandé à plusieurs reprises si ce n’était pas papa Sting qui tenait le micro. Mais une fois passée la surprise vocale et les deux très bons premiers titres, on retombe hélas dans une certaine routine. Les chansons de cet album ont une certaine tendance à se ressembler à force d’utiliser des sonorités et rythmiques comparables. Certes, Eliot nous montre avec « Halfway to hell » qu’elle sait être plus incisive, mais cet acte isolé ressemble plus à une fantaisie qu’autre chose, et n’apporte qu’une respiration. On a donc ici un disque agréable, aux titres accrocheurs, et comportant suffisamment de personnalité pour qu’on s’en souvienne, mais qui souffre d’une linéarité sur laquelle il faudra agir au plus vite !

Paroles de l’album

Site officiel

Eliot Sumner : After dark

Related Posts

  • 10000
    A l'inverse de certains petits camarades, je n'ai pas du tout vu arriver l'ouragan annoncé Karin Park. Du coup, ce premier album apparemment déjà très attendu n'en aura que plus d'impact sur votre serviteur. « Look what you've done », terrible titre electro-rock, installe une atmosphère sombrement pop, que « Shine » s'empresse d'alléger.…
  • 10000
    Retour inespéré pour l'autre monsieur Johansson de l'électro, Bardi de son prénom, plus connu sous le pseudonyme de Bang Gang. Après sept ans d’absence (sous ce nom du moins), on aurait pu croire qu'on l'avait perdu pour de bon. C'eut été vraiment dommage. Dans l'absolu, déjà, puisque l'islandais nous a…
  • 10000
    Josephine Philip et Ina Lindgreen sont deux filles de Copenhague qui aiment la musique, et ont décidé d'en faire en duo après une rencontre au sein d'un groupe de ska. Voici des infos capitales dont on se fout complètement pour appréhender correctement « Dance and cry », le deuxième album des dames.…
  • 10000
    Les productions trip-hop ne courent pas les rues. Alors celles venues d'Australie, n'en parlons pas ! Et bien si, justement, parlons-en de ce "Liminal" tout en douceur et en retenue. Étrange union d'une pop indé caressante et mélancolique, de mélodies electro-pop dansantes et d'expérimentations électro, ce disque est un cocktail…
  • 10000
    Le poids d'un héritage, c'est un nom qu'aurait pu porter ce premier essai de la galloise Catherine Anne Davies alias The Anchoress. A la place, elle a choisi celui-ci, quand même plus pompeux. Ah, oui, j'ai oublié de préciser quelque chose. The Anchoress pratique une pop tantôt classique, folk, electro,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *