ELEPHANZ : Elephanz

En 2013, Elephanz, groupe français surfant sur une vague electro pop rock, sortait un premier album un peu trop lisse pour moi. Mais en 2014, j’assistais à un concert du groupe où ses titres prenaient une ampleur et une couleur plus rock qui me firent changer d’avis. Honnêtement, c’est l’un des plus beaux moments live auxquels j’ai assisté, et un très bon souvenir. Ce deuxième album, j’ai donc envie de lui donner sa chance. Une intro en forme de mini-chanson nous met en appétit, même si le gimmick en français est un leurre ; c’est toujours à la sauce anglophone que se déguste l’electro-pop légère des Nantais. « Blowing like a storm » s’annonce déjà comme un single en puissance. Ok, ça c’est fait, passons à autre chose. Ce sera la plus posée et soft (mais non moins efficace ) « I feel love ». Et paf, « American lover » remet le couvert en français sans que ça choque (un bon point en plus pour moi qui suis souvent allergique à notre langue), et en poussant même le vice jusqu’à se la jouer bilingue (ce qui sonne souvent très ringard, mais pas ici). On retrouve au sein de ce nouvel album tous les éléments qui pouvaient plaire dans le précédent ; le rythme, l’obsession pop, les sons electro léchés, le côté miaulant et soyeux de l’ensemble. Et puis il y a toujours ces tubes en pagailles qui séduisent dès la première écoute : en plus de ceux déjà cités, « The Catcher in the rye », « Maryland », « Sober up » et à un moindre degré « Bullitt ». Alors certes, je n’y retrouve pas (assez) cette énergie rock qui est la leur en live et qui pourrait les distinguer de leurs nombreux collègues. Mais je ne suis qu’en petite partie déçu, car malgré tout les frangins font à mon sens mieux que leur premier opus, en peaufinant chaque détail, en arrondissant les angles d’attaque sans affadir l’ensemble plus que de raison. Bref, oui, ça reste de l’electro-pop « gentille », mais pas de la guimauve fadasse. Bien joué.

Site officiel

Elephanz : Blowing like a storm
Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    De petit poucet, Oscar And The Wolf est devenu un ogre croquant tout ce qui passe à sa portée, de la mode aux gros festivals, gagnant des admirateurs très admirés et générant une attente incommensurable pour ce deuxième album qui se doit de transformer l’essai du premier, plutôt bien fichu…
  • 10000
    My Goodness est un petit groupe ricain comme beaucoup d’autres. Quelques dates, et l’opportunité de sortir un premier album pas plus prémédité que ça, les voilà avec un défi autrement plus grand à relever ; celui du deuxième album. On le sait, celui-ci est souvent décisif pour la suite d’une carrière.…
  • 10000
    Non, Thomas Azier n’est pas du tout français. Et non, ce n’est pas non plus un nouveau venu sur la scène musicale. Hollandais d’origine exilé à Berlin, il a été adoubé par un bon paquet de gens qui comptent : Woodkid, Yves St Laurent, Stromae. Tout ça après un premier album,…
  • 10000
    Le premier album de ces américains pose une fois de plus la question cruciale du positionnement du single. Ici, « Better strange », le single, est placé au tout début d'album. Ce qui peut être considéré comme une très bonne idée, puisqu'il est imparable, mais qui peut tout aussi bien jouer en…
  • 10000
    Bon, même s'il y a de la matière, même si c'est souvent bien foutu, ça commence à devenir gênant de découvrir tous les quatre matins une nouvelle artiste qui marche plus ou moins délicatement sur les plates-bandes de Florence And The Machine, mixant l'electro pop, le rock et les genres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *