ELEPHANT STONE : Hollow

Le rock psychédélique a le vent en poupe, mais Elephant Stone n’a pas attendu cette nouvelle hype pour s’exprimer au travers du genre. C’est d’ailleurs bien avant la formation de ce groupe canadien que son géniteur, Rishi Dhir, lui a cédé son âme, l’insufflant au sein des High Dials, sa formation précédente. Mais cette fois, le monsieur a les coudées franches. Il en profite pour faire intervenir des instruments traditionnels indiens (les plus perspicaces auront noté que les consonances du nom du monsieur ne sont pas portugaises). « Hollow » est un concept-album, relatant l’arrivée sur une nouvelle planète des personnes ayant pris les décisions calamiteuses qui ont détruit la précédente. Toute ressemblance avec des événements en train de se produire ou qui se produiront bientôt n’est donc pas vraiment fortuite. Et pour mettre ça en musique, Elephant Stone s’appuie donc sur un style hybride entre pop, rock psyché, space rock (on frôle même la synth pop parfois) et une pointe de rock progressif. Cependant, les titres sont bien moins enfumés qu’on pourrait le penser, et il est assez aisé de suivre le fil de cet album même si on aime « que » le pop rock. Il faut dire que les effets et l’instrumentation sont au service de la mélodie et non l’inverse ; pas de titres interminables, de délires oniriques, au plus on se permet quelques intros et intermèdes, mais les chansons sont assez ramassées et directes, et gardent un format classique. L’ensemble est bien entendu beaucoup plus ouvert et libre qu’un disque de rock classique, mais les nouveaux aficionados de groupes neo psyché comme Tame Impala seraient bien avisés de prêter l’oreille à ce projet qui, pour le coup, a été entièrement laissé aux bons soins de Rishi Dhir, enregistré et mixé dans son studio. On ne pourra que le féliciter pour la cohérence de l’ensemble.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    C’est un mal chronique dont souffrent de nombreux blogs musicaux ; peu de bonnes choses sortent pendant les fêtes de fin d’année, tout comme pendant l’été ; pas la période propice à conquérir les foules, bien occupées à d’autres choses plus futiles encore que la musique, art inutile mais pourtant indispensable à…
    Tags: bien, pop, plus, l, a, se, nouvelle, psychédélique, rock
  • 10000
    En 2012, l'album éponyme de Timothée Régnier alias Rover m'a cueilli, tout simplement, avec sa pop aérienne et rêveuse autant que délicatement mélancolique et froide. « Let it glow » devait donc être une confirmation du talent du jeune homme. De prime abord, la pochette kitchissime de ce nouvel opus du bonhomme…
    Tags: rock, psychédélique, pop
  • 10000
    Trio de londoniennes au look ouvertement baba cool, Stealing Sheep n'est pas du genre à se prendre la tête. Sa musique est à leur image ; simple, immédiate, ouverte et joyeuse. Entre électro-pop nouvelle et indie pop psychédélique, elle pourrait être rapprochée d'un Alt-J ou d'un Unknown Mortal Orchestra. En dix…
    Tags: ne, pop, rock
  • 10000
    Two Medecine, ça ne vous dit certainement rien comme ça. Mais si je vous révèle qu’il s’agit du projet de Paul Alexander, bassiste de Midlake, et que ce disque se situe sensiblement dans la même veine, à savoir un folk pop légèrement progressif, très posé et faisant preuve d’une douceur…
    Tags: ne, pop, l, on, a, s, n, assez, se, psyché
  • 10000
    Il y a quelques années, les hérauts de la musique occidentale s’en sont allés piller des idées et sonorités exotiques. Puis ces contrées et cultures se sont retrouvées liées à un mouvement dit psychédélique. Et puis l’industrialisation et la médiatisation ont fait leur œuvre. Si bien qu’aujourd’hui, juste retour des…
    Tags: on, se, l, bien, qu, rock, psyché, plus, psychédélique, assez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *