ELECTRIC SIX : Fresh blood for tired vampyres

electricsix_freshblood

Dans la famille « méchoui musical », je demande Electric Six. La formation, qui fête ses 20 ans d’existence cette année, s’est toujours appliquée à ne pas faire comme les autres, élaborant d’abord dans le plus grand secret puis au grand jour suite au succès de ses premiers singles une mixture disco-punk-rock encore moins évidente que sa description. A la fois dansant, original, musclé et rebelle, Electric Six développe une musique androgyne et parfois difficile à suivre, qui ne se départit jamais d’une bonne dose d’humour. Est-ce que ce douzième album fait scission ? Oh que non. Si « Acid reducer » est très en phase avec le titre du disque avec son clavier cold wave, on replonge rapidement dans l’univers bigarré et plus connu du groupe. « Number of the beast » et ses suivantes rivalisent de groove vénéneux, quelque part entre l’electro-pop et le hard rock. Cela aboutit à un album qui pourrait s’écouter assez bien pour peu qu’on en trouve la porte d’entrée. Et c’est (forcément) là où le bas blesse. Difficile de s’accrocher à des titres qui oscillent entre des univers si distincts et parfois contradictoires, d’autant plus que « Fresh blood for tired vampyres » ne contient pas forcément les titres les plus percutants du répertoire d’Electric Six. Bref, si vous parvenez à revenir régulièrement à ces 13 titres, vous aurez plus de chance que votre serviteur pour qui l’écoute de cette nouvelle offrande s’apparente au visionnage d’une comédie musicale, provoquant une crise d’angoisse du à un ennui profond et incontrôlable.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Là, je suis scié. Scié que ce soit Relapse qui m'envoie dans les esgourdes un combo de la teneur musicale de Pinkish Black. Car de metal, il n'en est pas vraiment question sur ce troisième album du duo. Certes, la musique du combo est assez sombre, et on perçoit ça…
  • 10000
    Eh oui, moi aussi j'ai craqué. Mais bon, en même temps, comment résister ? Trois têtes chercheuses de la musique qui s'unissent sur l'un des labels qui transpire le plus la créativité débridée pour proposer une musique forcément hybride entre hip hop, pop et rock fusion... De quoi donner le tournis…
  • 10000
    Depuis 8 ans, les sauvageons de A Giant Dog sillonnent les routes avec leur mixture de punk, glam et powerpop. Manque de bol, il ne sont jamais passé par chez moi. Ce troisième album sera donc l'occasion rêvée de découvrir ce qui le rend unique, ou pas d'ailleurs. Et si…
  • 10000
    Deuxième album pour les déglingos clermontois. Cette fois-ci, le combo ne s'emmerde pas à distinguer ses titres, à leur donner une identité propre, se contentant de leur conférer des numéros, comme autant de déclinaisons possibles d'un concept sacrément fuyant. Voyez plutôt : « petit traité de futurologie sur l'homo cretinus trampolinis (et…
  • 10000
    Je ne connais pas bien le groupe, mais je n'aime pas le jazz et la catégorisation de la musique par l'âge, je n'y crois pas ; mes enfants écoutent des tas de choses, mais certainement pas de la "musique pour enfants". Ca fait trois éléments qui jouent complètement en défaveur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *