EISBRECHER : Liebe macht monster

Megaherz fait partie des formations electro metal qui sont nées du sillon creusé par Rammstein et Oomph !. Et Eisbrecher est une formation incorporant deux ex Megaherz. Le succès de leur modèle et de leur groupe précédent a propulsé Eisbrecher sur les scènes internationales en compagnie de pas mal d’artistes metal prestigieux. « Liebe macht monster » est le huitième album du groupe et entend bien surfer sur la même vague : celle d’un electro metal certes assez martial mais moins fou que Rammstein, moins provocateur que Ost Front, et plus « grand public » que Oomph !. Si vous souhaitez y voir une pointe de cynisme… vous pouvez. On a ici un style groovy, direct et efficace (Eisbrecher signifie « brise glace », ça donne une idée de la frontalité de la chose), mais pas très fin. « On s’en fout, c’est bien quand même ». C’est pas moi qui le dis, mais je pourrais, parce que les ambitions affichées du groupe ne trompent personne ; proposer une alternative la plus valable possible à un Rammstein, en employant à peu près le même vocabulaire musical. Si c’est ça le contrat, et que vous l’acceptez tel quel, alors il est respecté à la lettre et vous pouvez foncer tête baissée. Cet album contient même de très bon titres du genre, la production est impeccable, et le fait qu’Eisbrecher laisse de très bons souvenirs live (pour peu que quelqu’un se rappelle ce que c’est) n’est pas un hasard ; les gars maîtrisent leur sujet, rien n’est laissé au hasard, l’efficacité à l’allemande n’est pas une légende. Par contre si vous appréciez le style mais que vous cherchez à aller plus loin, à découvrir le futur du genre, on y est pas.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    10 ans après son dernier album, que reste-t-il de Rammstein ? On peut légitimement se poser la question tant le duo de tête, Till Lindemann et Richard Kruspe semblent s’être éloignés ces dernières années, le premier fricotant avec d’autres stars metal et nous gratifiant de jolies petites productions (cherchez un peu,…
    Tags: a, qu, plus, rammstein, groupe, s, d, y, l, bien
  • 10000
      Rammstein est un bon groupe, mais un groupe inégal, et ce depuis ses débuts. Capable du meilleur comme du pire, on ne sait jamais à quoi s'attendre de la part des allemands. Si « Mutter » et « Reise, Reise » m'avaient séduit, « Rosenrot » m'avait sacrément refroidi. « Liebe Ist Fur Alle Da » se…
    Tags: rammstein, groupe, l'album, plus, liebe, titres, provocateur, paroles, a, y
  • 10000
    Ost + Front, je vous les ai présenté en 2016 avec la sortie de « Ultra » ; c'est un peu la version maléfique de Rammstein. Mêmes ingrédients ou presque, musicalité très comparable, mais sujets encore plus barrés et extrêmes. Enfin, ça on s'en rend compte si on lit et comprend les paroles.…
    Tags: plus, on, ost, front, rien, s, bien, paroles, a, metal
  • 10000
    Revoilà les allemands les plus sous-estimés de l’histoire du metal. J’en fais des tonnes ? Peut-être. Mais c’est pourtant vrai ; depuis le couronnement de Rammstein, catapulté mètre-étalon du metal teuton à tendance dansante, Oomph est au mieux considéré comme un second choix possible, au pire comme un plagiaire. C’est méconnaître le…
    Tags: oomph, a, c, l, plus, n, metal, bien, s, rammstein
  • 10000
    Dans le petit monde du tanzmetal, Tanzwut a toujours fait partie de mes chouchous. Leur recette ? Grosso modo, unir la martialité intransigeante d'un Rammstein, l'électro et l'efficacité médiéval folk d'un Corvus Corax. A quoi ça sert ? A accoucher d'un style couillu et dansant, d'hymnes de concerts imparables. « Schreib es mit…
    Tags: plus, a, rammstein, titres, y, l'album, efficace, rien, se, paroles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.