DYLAN MUNICIPAL : Tigre dans le tigre

Dylan Municipal, qui en fait ne s’appelle pas Dylan du tout, ni Bob d’ailleurs, est un voisin. Pas très proche, mais assez pour se soit croisé “en vrai”. Et puis comment, pourquoi on se sent proche de quelqu’un ? Parce qu’on partage quelque chose, non ? Dylan Municipal a une façon de concevoir sa musique vraiment personnelle. Oui, c’est un argument qui ressort souvent, mais c’est évident ici. J’avais, il y a quelques années, qualifié la musique du projet de “chanson française décalée”. Décalé, c’est certain. Chanson, un peu moins. Encore une fois “Tigre dans le tigre” se situe entre poésie, slam, electronica et electro rock. Avec une voix grave et posée, un humour absurde et un certain goût pour les mélodies répétitives. Tout un programme, pas forcément facile à suivre. Ni pour vous ni pour moi à vrai dire. En fait, Dylan Municipal réécrit un peu, sans le vouloir, mon rapport à la musique, ou du moins à la sienne ; sont-ce de vrais titres, faits pour être écoutés, chantonnés, ou des happenings, des nouvelles musicales à usage unique ? Je pencherais vers la deuxième option. Il faut dire qu’il n’y a guère qu’un chant parlé ici, peu ou pas de notion de couplet et refrain, et des structures élastiques, pas définies. Je crains que ce ne soit pas le cahier d’accompagnement à ce disque qui vous viendra en aide ; tout au plus vous éclairera-t-il un peu plus sur la haute teneur en WTF du projet. Voilà, c’est un peu ça qui nous rapproche, le vrai-faux Dylan et moi. Musicalement, cet album s’avère plus versé dans l’electro ambiant. Les sonorités sont diversifiées, avec des échappées vers le jazz, la musique du monde, la pop, mais le rythme reste très typique des productions du projet, déroulant lascivement ses cliquetis et percussions de façon à faire un tapis tout doux aux textes capillotractés. “Tigre dans le tigre”, ça reste donc du Dylan Municipal ; on aime ou pas, mais on ne peut pas trouver ça ailleurs !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Retour de mes nordistes pince-sans-rire préférés. Fidèles à leurs habitudes, ils naviguent entre minimalisme, détachement, humour et gravité musicale (dans tous les sens du terme). Volontairement répétitive et rythmique, la musique du duo de duo se nourrit de leurs découvertes musicales de l'année et de leurs amours de toujours ;…
    Tags: dylan, municipal, pop, electro, chanson
  • 10000
    Des réminiscences remontent à la surface dès le début de cet album. 1996. #3. Non que le duo Dylan Municipal ne puisse être résumé à une pâle copie de Diabologum, mais il se pose comme l'un de ses plus logiques descendants au côté de Non Stop, bien qu'il ait choisi…
    Tags: dylan, municipal, plus, electro, se, ne, rock, a, pop, chanson
  • 10000
    Le monde est devenu sérieux. Non, mais cherchez pas à contre-argumenter, hein, c’est une déclaration péremptoire. On peut rire de tout certes, mais majoritairement tout seul, dans son coin, et sans trop s’en vanter, au risque de passer pour ce qu’on n’a pas envie de passer. Alors recevoir des disques…
    Tags: on, ne, a, se, dire, moi, qu, plus, municipal, dylan
  • 10000
    En 2015 (déjà ?), j’étais ressorti de « Du bout des lèvres », le premier album du parisien, un peu mitigé. Parce que, si elle avait un charme indéniable, sa musique pop néo classique légèrement surannée se réclamait un peu trop, sans le dire, de Biolay et consorts. Que son air de…
    Tags: plus, se, musique, y, chanson, pop, rock
  • 10000
    Hommage ou foutage de gueule ? Tout dans l'univers de Katerine oscillant entre millième degré et sérieux pathétique, on peut légitimement se poser la question. Le personnage en fait rire certains, et crier les autres au scandale. Et j'aurais plus tendance ici à pencher du côté des rabat-joie. Un album…
    Tags: se, on, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.