DROWNERS : On desire

Drowners-On-Desire

Deuxième album pour les New-Yorkais de Drowners. Au programme, un rock indé aux légères incursions post punk (quelque chose dans les guitares) et aux mélodies efficaces. Que les titres soient fortement teintés eighties ou plus actuels, ils ont tous ce quelque chose qui les rend sympathiques. « On desire » n’est ni très long ni très spectaculaire. Il se contente de bien faire son office. 10 titres, c’est assez chiche, mais c’est suffisant pour prouver que Drowners n’a rien à envier à personne. Alors pourquoi chercher plus loin ? Parfois, il faut juste se rendre à l’évidence et accepter de succomber au charme de la simplicité indie rock. Dont acte.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Pour son troisième album, Maxim Nucci persiste dans la voie plus rock qu'il avait tracée sur son précédent album. Tout au plus y verra-t-on des touches pop eighties un peu plus marquées, mais celles-ci ne sont qu'une goutte dans l'océan d'influences du bonhomme. Car oui, Yodelice, l'alter-ego de Maxim, a…
  • 10000
    On a apprécié les Hoosiers en 2007 pour leur science de la pop song simple et fun. De single dévastateur, il en est question ici aussi, avec un "Choices" juste énorme mais très rétro. Placé en début de parcours, il introduit de fort belle manière un deuxième album fort attendu.…
  • 10000
    Depuis leur débuts pétaradants, je ne trouve hélas dans les disques de Keane que très peu d'idées, et beaucoup, hum, d'application. Une louche de Coldplay par ici, un chouilla de Manic Street Preachers par là, un peu de U2, de Simple Minds, et l'affaire est réglée. C'est peut-être réducteur, mais…
  • 10000
    Autant vous prévenir, malgré ses dix ans au compteur et ses trois autres albums derrière lui, je ne connais pas Howling Bells. Je n'en ai même jamais entendu parler. Et c'est justement pour ça que je m'y intéresse. "Heartstring", donc, est un disque d'un groupe qui à priori n'a plus…
  • 10000
    Electro-pop très eighties pour les suédois de Strip Music. Épiques, très mélancoliques, les dix titres ici présents ressemblent musicalement à s'y méprendre à la rencontre entre le Killing Joke période « Brighter Than A Thousand Suns » et le Cure de « Disintegration », même si le chant, tout en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *