DISBELIEF : The ground collapses

Je pense que chacun d’entre-nous a, au fond de son cœur, un artiste qu’il affectionne tout particulièrement et qui ne rencontre jamais le même engouement ailleurs. Et chez les boulimiques de musique, c’est en dizaines qu’il faut compter, forcément Tout ça pour dire que chez moi, Disbelief fait partie de ce cheptel. Car même si le combo a vu sa cote de popularité grandir d’année en année, il reste considéré comme un second couteau. La formation allemande développe depuis ses débuts un thrashcore déchirant aux mélodies et ambiances proches du sludge / doom. Toujours debout en 2020, le groupe s’envient avec son onzième album sous le bras. Fidèle à son style, Disbelief ne fera certainement pas encore la différence avec celui-ci. Pourtant, « The ground collapses » est une nouvelle fois impeccable. On y retrouve ce chant déchirant, ces riffs lourds, sales et puissants, ce groove graisseux, ces rythmiques implacables et ce décor death / thrash qui lui colle à la peau. Impossible de ne pas adhérer si on a déjà succombé au moins une fois à la musique des germains. C’est donc sans surprise que je surkiffe cet album. Bien sûr, comme d’habitude, je pourrai lui faire le sempiternel reproche de ne pas y trouver la belle dose de désespoir qu’on peut trouver dans leurs titres les plus marquants. Mais voilà, c’est ma troisième écoute, et je continue à y trouver suffisamment de plaisir pour en enchaîner une de plus ; j’en conclus donc que ce très léger désagrément est loin d’être préjudiciable à ce « The ground collapses » post apocalyptique et assez visionnaire (ou presque) sur la situation actuelle (matez la pochette!). Disbelief rules !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Depuis huit ans qu’il ne s’était pas exprimé au travers de son groupe Disbelief (du moins avec de vraies compos), on aurait pu croire Jager lassé du subtil mélange de death, thrashcore et sludge – doom qu’il produit depuis la naissance du groupe en 1990. Oh, bien sûr, il a…
    Tags: the, plus, disbelief, death, on, groupe, a, bien, retrouve, metal
  • 10000
    Je vous l’avoue, depuis que j’ai jeté une oreille d’abord distraite puis fascinée sur « Shine », chaque sortie d’un album des allemands de Disbelief est accueillie la bave aux lèvres par bibi. Et si j’ai été quelque peu déçu par le précédent opus, ce « 66 Sick » va faire pencher la balance…
    Tags: disbelief
  • 10000
    Après un “Shine” aux titres d’une puissance et d’une émotion rarement égalés, les teutons de Disbelief remettent le couvert avec un “Spreading The Rage” plus thrash mais comportant encore quelques perles et moments savoureux. Pour les profanes, Disbelief, c’est du thrash moderne dans la mouvance Dew-Scented, avec un chant se…
    Tags: disbelief, titres, the, thrash, aux, faire, leurs, reste, plus, formation
  • 10000
    Naples, ce n'est pas que les pâtes et la mafia. On y trouve aussi Naga, un trio qui oscille entre post black, thrashcore et doom metal. Un style qui, on vous la fait souvent, ne conviendra pas à toutes les oreilles. Des riffs écrasants martelés avec cruauté, un chant déchirant…
    Tags: on, ne, d'être, https://open.spotify.com/album, instagram, facebook, trouver, doom, chant, riffs
  • 10000
    King Apathy est allemand. Bon, ok, d’habitude, je vous livre ce genre d’informations géographiques un peu gratuitement, mais là, je sens qu’il y a quelque chose. Remarquez, je pense qu’il aurait pu être suédois. Pourquoi ? Parce que les deux formations qui me viennent en tête ici sont Disbelief et…
    Tags: ne, post, assez, metal, a, y, bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *