DES ARK : Everything dies

desark_everythingdies

Des Ark, c’est avant tout Aimée Argote, une jeune femme compliquée. Enfin, compliquée, je m’avance un peu, je ne la connais pas personnellement, mais compliquée à suivre en tout cas. Car Des Ark, le groupe, est une entité mouvante au gré des envies d’Aimée. Et il faut savoir qu’Aimée (désolé, fallait que je la fasse) a des envies musicales un peu contradictoires, basculant facilement du noise rock à la ballade folk désarmante. « Everything dies », troisième album, se situe plus dans la deuxième catégorie. Ça commence très fort avec la superbement amère « Peace to you too, motherfucker ». Puis vient « Ties », très bon premier single, toujours chargé d’une mélancolie transperçante, mais exprimée de manière plus vive, plus pop indé que folk. « Coney island street meat » navigue dans les mêmes eaux, puis on refait une virée en territoire folk intimiste, avant de s’offrir une digression pop bluegrass country (« Don taco and his hot sauce toss »), puis de revenir en arrière, mais pas vraiment, et puis si, et puis non… Vous l’aurez compris, « Everything dies » est à l’image de son auteur ; indécis par nature autant que par conviction. Le souci, c’est que si elle est capable du meilleur sur une moitié de ce court album, elle utilise parfois un vocabulaire musical redondant qui limite sa portée. Impossible de rejeter ce disque en bloc, car il comporte quelques titres purement magiques, mais difficile aussi de l’apprécier dans sa globalité, la faute à une poignée de titres trop contemplatifs et sans portée. Malgré tout, le bon l’emporte ; à elles seules, les quatre premières chansons justifient la découverte de « Everything dies », et de Des Ark.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Je sais, je sais, on ne juge pas un livre à sa couverture. Et pourtant, en regardant celle de ce premier album du trio américain, on sait qu'on ne se situera pas dans un univers policé et facile. Pas la gueule du tout-venant, ce « Taking time », plutôt celui du disque…
  • 10000
    Golden Silvers est une formation anglaise qui a sorti en 2009 un premier album, « True romance », précédé du single du même nom. Et alors ? Alors il se trouve que ce groupe avait un chanteur, et que celui-ci sort justement son premier album solo aujourd'hui. C'est dingue non ? Ah oui, c'est…
  • 10000
    J'ai beau me triturer les méninges, je ne trouve aucune trace de Mackenzie Scott alias Torres dans mes souvenirs. Et c'est bien dommage, parce qu'après avoir écouté deux fois de suite ce deuxième album de la jeune américaine, je me dis que je suis passé à côté de quelque chose.…
  • 10000
    A l'écoute de ce premier album de la canadienne, plusieurs noms viennent en tête : Bjork, Florence + The Machine, Kate Bush, Oh Land. On pourrait imaginer pire. En huit titres, la jeune femme installe un univers à la fois personnel et plein de petites touches de couleurs musicales bigarrées,…
  • 10000
    Puressence est une formation anglaise qui pratique une pop indé assez mélancolique et poignante, avec la particularité de comporter un chanteur à la voix très androgyne (pour tout dire, j'ai longtemps cru qu'il s'agissait d'une chanteuse). Et l'air de rien, c'est un groupe qui vient d'atteindre ses 19 ans de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *