DEPECHE MODE : Spirit

Depeche Mode veut nous parler d’esprit. Non pas de fantômes, plutôt de l’esprit de révolte, d’insoumission, de revendication. C’est en tout cas ce qu’on comprend de la pochette, moche comme souvent ces dernières années chez les britanniques. « Going backwards » montre un visage plus rock et rétro de ses auteurs, qui n’est pas pour déplaire à votre serviteur même si le titre, agréable au demeurant, ne remplit pas vraiment ses promesses. « Where’s the revolution » confirme le retour à un electro rock plus sombre, mais cette fois avec (beaucoup) plus de réussite. « The worst crime », ballade amère, me laisse espérer qu’on a ici un héritier de l’époque dorée. Mais il manque deux ou trois vrais tubes. Allez, je ne demande pas un « Personal Jesus » ou un « Walking in my shoes » les gars, mais un « Wrong » me comblerait largement ! « Scum » persiste dans le mid-tempo de cauchemar éveillé, et « You move » lui emboîte bientôt le pas., sans cette fois convaincre. « Cover me » plus électro et planant, joue à peu près dans la même catégorie. Et là je me dis merde : on est à la moitié du parcours, et, oui, « Spirit » se profile comme un bon album, sans véritable temps mort, mais sans véritable temps fort. On continue soft avec un « Eternal » bon mais gadget, un « Poison heart » chaloupé, un « So much love » correct mais dispensable… Suivent un « Poorman » faussement dépouillé, un « No more (this is the last time) » déjà entendu, et enfin un « Fail », ballade techno-pop un peu trop sage. Bilan mitigé donc pour ce quatorzième album, qui fait un pas dans une direction attendue sans s’assurer que son empreinte sera suffisamment marquante pour qu’on l’y suive. Dommage !

Paroles de l’album

Site officiel

Depeche Mode : Where’s the revolution

Related Posts

  • 10000
    Trois ans après un "Playing The Angel" diversement accueilli, Depeche Mode revient avec un disque dans sa droite lignée. Le groupe sait se faire agressif, caressant ou exploiter son potentiel sombre et presque malsain. Le tout avec une production et une instrumentation résolument moderne, et toujours la voix magique et…
  • 10000
    Deuxième album pour les iconoclastes Soulsavers avec le grand Dave Gahan. On est d'ailleurs en droit de se demander si celui-ci n'a pas définitivement posé ses valises, repoussant loin toute collaboration vocale extérieure du duo electro anglais. Enfin, electro, là aussi, la donne a changé. Si Soulsavers s'en éloignait déjà…
  • 10000
    Bon, je sais, je n'ai plus l'avantage de la surprise. Tout le monde le sait maintenant que cet énigmatique « MG » n'est autre que Martin Gore, le compositeur en chef de Depeche Mode. Bien. A présent, que ceux qui attendent une électro-pop accrocheuse rentrent chez eux. Car ce deuxième album solo…
  • 10000
    On attendait depuis longtemps l'album solo du chanteur de Depeche Mode, taraudés que nous étions par la question : qui est cet homme en dehors de la mythique entité ? Plus, beaucoup plus contemplatives que celles du groupe culte, les chansons de ce premier essai, qui ont mûri des années…
  • 10000
    Deuxième album pour les suédois de Kamera après les sempiternels départs pour raisons musicales. Le groupe œuvre dans une électro-pop certes gentillette mais pas inintéressante pour autant. On pourrait rapprocher le style de Kamera d'un Zoot Woman ou d'un Mesh moins typé goth, soit une synth-pop légère, dansante et parfois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *