DEFTONES : Gore

deftones_gore_

Beaucoup se sont extasiés sur « Koi no yokan », le disque précédent du combo. Pas moi. Alors ce « Gore », je le redoute plus que le retour au boulot une veille de reprise. J’ai toujours eu avec le groupe cette relation ambiguë et instable. Je lui ai souvent reproché son manque d’équilibre entre les deux composantes principales de son identité, la brutalité et le côté planant. Et, en tyran que je suis, j’exige en plus de cela des mélodies qui m’accrochent immédiatement. Bref, c’est pas gagné. « Prayers / triangles » démarre et son ambiance me rappelle l’album de Crosses. Pas mal mais pas inoubliable. Même chose pour un « Acid hologram » un peu plus aventureux et rock mais pas plus réussi. « Doomed user », plus direct, m’évoque les titres d’ « Hexagram », et ça n’est pas un compliment. Aie, j’ai peur. « Geometric headdress » joue les équilibristes mais s’en sort plutôt pas mal. Et puis « Hearts / wire », superbe de bout en bout, qui renverse la vapeur. Du coup, je suis peut-être un peu plus coulant avec la moyenne « Pittura infamante ». « Xenon » suit hélas la même route. « (L)Mirl » patauge dans des eaux rock alternatif manquant à la fois de vigueur et de douceur. Puis vient la chanson-titre qui la joue bipolaire mais m’ennuie tout autant. « Phantom bride « , beaucoup plus soft, est assurément l’autre sommet du disque, même si son solo (par monsieur Jerry Cantrell quand même) semble un peu déplacé. Enfin, « Rubicon » clôt le disque en beauté avec une mélodie rock aérienne et des envolées emocore classiques mais efficaces. Bref, je ressors de ce huitième album des californiens très partagé et globalement déçu. Deftones ne se foule pas vraiment, proposant ce qu’il fait depuis des années sans réelle avancée, et je regrette qu’il ne nous aie pas fait attendre encore un peu pour accoucher d’un disque plus réfléchi et abouti.

Paroles de l’album

Site officiel

Deftones : Prayers / triangles

Related Posts

  • 10000
    Affranchi d'une rivalité avec Korn qui commençait à devenir pesante et s'avérait surtout injustifiée, les quatre de Sacramento ont pour lourde tâche de donner un successeur à « Around The Fur », grand succès critique et public. Ils choisissent alors d'accentuer leur côté mélodique et de cultiver leur différence en intégrant encore…
  • 10000
    Frappés récemment par un drame dont on pensait qu'il laisserait le groupe sur le carreau pendant un moment, Deftones prend tout le monde de court en sortant son sixième album sans le bassiste Chi Cheng donc, mais avec un nouveau membre (temporaire ?) en la personne de Sergio Vega (Quicksand).…
  • 10000
    J'étais ressorti frustré et déçu de l'écoute du dernier album, éponyme, de Chino Moreno et les siens. Mais confiant en les capacités du groupe, j'ai préféré occulter cet épisode et conserver plus vivace encore le souvenir d'un « White Pony » exceptionnel. Le premier titre, « Hole In The Earth…
  • 10000
    Bon, ok, quelqu'un ici ne sait pas qui est dans le line-up de Crosses ? Toi là-bas ? Tu te fous de moi ? Non ? Bon, alors on résume pour l'ermite. Crosses, c'est le guitariste de Far, un dj et surtout Chino Moreno des Deftones. Pourquoi surtout ? Parce…
  • 10000
    Thrice est l'un de ces nombreux groupes emocore qui ont petit à petit basculé du côté moins obscur de la force, se rapprochant d'un rock indé plus accessible traversé de moments plus énervés. Ce sixième album vient confirmer la tendance, ainsi que tout le bien qu'on pouvait penser du groupe.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *