DECEMBRE NOIR : The renaissance of hope

Decembre Noir est une formation non pas française mais allemande, et « The renaissance of hope » est son quatrième album. Le groupe s’y distingue encore une fois dans le genre qui lui est cher, le death doom. Enfin, je vous dit « encore une fois », mais je n’en savais pas plus que vous il y a de ça une demi-heure, avant d’avoir compulsé quelques titres au hasard d’une discographie qui m’est passée à des kilomètres. Pour ce qui est des rapprochements, on pourrait évoquer des groupes de la trempe d’un Swallow the Sun, ou un My Dying Bride vénère. Comprenez que si mélancolie il y a, le désespoir n’est pas de mise, et les aspects death sont prépondérants. Mélodiques, mais omniprésents. Ceci dit, « The renaissance of hope » ne manque pas pour autant de nuances. Composé de neuf assez longs titres (entre six et neuf minutes), ce disque s’intéresse, pour de vrai, au concept d’espoir. Mais le groupe met en lumière une autre façon de le concevoir, apporte un autre regard : l’espoir des uns fait le malheur des autres… Pour ce faire, le groupe a à priori mis de l’eau dans son vin, et amené de le subtilité à sa palette. J’apprécie en particulier le travail du batteur, millimétré et capable d’alterner lourdeur et précision. Les guitares aussi tissent les riffs lancinants très MDB, et le chant impeccable finit le tout. Rien qu’on ne connaisse déjà, certes, mais de multiples écoutes m’ont convaincu que peu d’autres choses peuvent être reprochées à Decembre Noir. Un album qui s’adresse donc aux fans du genre ou ceux qui souhaitent le découvrir de la meilleure manière.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    La bio du groupe italien nous vend du rêve. Elle nous présente Motus Tenebrae comme un compromis entre Paradise Lost, My Dying Bride et un peu de Type O Negative, le tout avec une personnalité forte. Oh, je n'ai pas à en vouloir à la personne qui a écrit ça,…
    Tags: groupe, a
  • 10000
    Oui, on peut s’attendre, avec un tel patronyme, à se coltiner un groupe de gothic metal pour petits coeurs qui saignent, en mal de Twilight. Mais si les coeurs saignent ici, c’est qu’ils ont été arrachés des poitrines par les riffs acérés de Black String (on trouve ça sexy ou…
    Tags: on, l'album, metal, titres, death, groupe, plus, disque, ne, façon
  • 10000
    En 2008, « Night eternal » m’avait convaincu que le groupe portugais avait encore des choses à dire dans la catégorie gothic doom. Il marquait en tout cas une volonté de revenir à un genre plus mordant et grandiloquent. Depuis, Moonspell a apparemment bifurqué vers un style plus empreint de symphonies et…
    Tags: plus, d, a, s, n, groupe, album, m, genre, doom
  • 10000
    Draconian a beau œuvrer au sein de la scène gothic doom depuis 20 ans sous des formes plus ou moins musclées, je n'y ai jamais été confronté tout au long d'un album. Je me souviens vaguement les avoir croisés sur une ou deux compilations metal, sans d'ailleurs en avoir gardé…
    Tags: album, a, doom, metal, death
  • 10000
    Le metal extrême scandinave n'est pas vraiment un genre en voie de disparition, de nouveaux groupes apparaissent tous les jours, et on a de plus en plus de mal à dénicher le groupe valable parmi les dizaines de formations de seconde zone. Les Finlandais de Ghost Brigade, eux, se sont…
    Tags: doom, plus, genre, groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.