DEAD POET SOCIETY : -!-

Avec (même pas) un album en poche, le jeune groupe de Los Angeles Dead Poet Society s’est déjà fait remarquer par un premier single puissant et sexy, « .CoDA », conjuguant gros riffs à la Royal Blood, nonchalance bluesy à la Queens Of The Stone Age et côté lyrique à la Muse. Des premiers pas qui ont généré à la fois de l’attente et pas mal de bouche à oreille. A l’heure de la sortie de leur premier album, les gars bénéficient donc déjà d’un gros suivi, à la fois médiatique et public. Il faut dire aussi que le groupe n’est pas sorti de nulle part ; fondé en 2014, il a tourné, tourné, sorti deux ep et s’est attaché à composé durant toutes ces années les meilleurs titres possibles. Et ça s’entend. Bref, la formation est adepte de l’adage « doucement mais sûrement », et a tout aujourd’hui pour éclater au grand jour. Ce qu’il ne manquera pas de faire avec ce disque. Celui-ci se partage entre titres immédiats et très rock et autres plus typés balades. On peut en revanche s’interroger sur la présence des interludes « parlées » qui n’apportent pas grand-chose au disque. Le groove, gras et lourd, est omniprésent, le son est très rond ; les gars jouent sur des instruments fretless qui amplifient cette impression. Mis bout à bout, l’ensemble des titres est assez homogène, mais si on les observe en détail, on peut déceler de petites différences dans le mode d’attaque. Ce qui n’est au final pas plus mal ; on a pas l’impression d’ingurgiter un disque aux chansons redondantes. Ce qui ne signifie pas qu’on aura pas ses chouchous. Pour moi, ce sera « CoDA », « Beenherebefore », « American blood », « Getaway for the weekend » et même la jolie finale « Haunted ». Le reste est pas mal du tout non plus, et mérite le voyage si vous appréciez les formations sus-citées, même si certains titres restent pour moi assez opaques musicalement parlant.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Rafler la mise pour son premier album, ça n’est pas forcément un bon plan sur la longueur. Royal Blood a sorti un premier opus qui a rendu complètement dingue la sphère rock (y compris Jimmy Page), et a du avoir une pression monstrueuse pour bâtir les titres de cette suite…
    Tags: l, blood, royal, a, ne, on, moi, d, plus, premier
  • 10000
    Pas besoin d'être nombreux pour foutre un barouf monstre : c'est ce que semble nous dire le duo anglais Royal Blood (au nom forcément plus chargé de sens que si le combo avait été polonais). Rock fiévreux aux grosses influences stoner, les dix titres de cet expéditif premier album éponyme…
  • 10000
    Josh Homme est un homme très occupé. Et quand on est très occupé, avec plein de choses, plein de gens différents, le risque, c’est bien évidemment de se perdre. Il y a quelques jours, quand « The evil has landed » a été dévoilé, je l’ai bien entendu écouté, mais j’étais de…
    Tags: a, d, l, on, the, s, cette, impression, album, of
  • 10000
      Je dois avouer que les Queens n'ont attiré mon attention que bien tard, peu convaincu que j'étais des défunts Kyuss. Mais je reconnais sans problème que "Lullabies To Paralyze" est un album formidable, et j'ai donc rejoint depuis la horde de fans transis attendant leur livraison de stoner. Et…
    Tags: queens, the, stone, age, of, rock, titres, album, s, plus
  • 10000
    Le nouveau Queens prend tout le monde à rebrousse-poil en démarrant par une minute et vingt-deux secondes de douceur acoustique assénées par notre ami Mark Lanegan. Mais rassurez-vous, on retrouve les grattes typiquement stoner dès les deuxième titre, le très réussi « Medication », bien graisseux comme on aime. On…
    Tags: the, queens, stone, of, age, on, d, plus, album, a

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.