DEAD CROSS : Dead Cross

Mike Patton + Dave Lombardo. Vous pouvez me parler des autres membres de Dead Cross, mon cerveau s’est arrêté là et tourne en boucle. Ce duo n’est pas inédit. On l’a déjà vu (entendu, plutôt) à l’oeuvre au sein de Fantômas il y a quelques années. Les voir de nouveau ensemble pour un round de plus est forcément très excitant. Surtout que le projet, à la base pas prévu pour Patton, a donc toutes les chances de s’éloigner ostensiblement de ce qu’on connaît. Et effectivement, si on décèle forcément quelques phrasés identiques, la musique de Dead Cross est sensiblement plus musclé, noisy et punk / hardcore. Et comme tout bon brûlot du genre, il s’attache à faire direct et efficace. Bien entendu, la voix élastique de Mike change un peu la donne. Aux cris se mêlent des mélodies vocales très Faith No Moriennes, et soyons très honnêtes, c’est la performance vocale de Magic Mike qui fait passer ce premier album du projet de brûlot indiecore sympathique à succulente gourmandise violente. Dave Lombardo y retrouve ses réflexes de cogneur de Slayer, maniant les roulements et la double grosse caisse avec dextérité et virtuosité. Les titres sont courts et percutants, mais laissent toujours la place à des variations de rythmes qui donnent l’impression que ce disque est plus long à l’intérieur qu’à l’extérieur. Alors, « Dead Cross » sera peut-être juste un bon disque pour le commun des metalleux, mais les il est un must have pour pattoniens qui se régaleront des « Seizure and desist », « Obedience school », « Shillelagh », la reprise du tube goth « Bela Lugosi’s dead », « Gag reflex » (la plus longue du lot) et « Church of the motherfuckers »

Site officiel

Paroles de l’album

Dead Cross : Seizure and desist

Related Posts

  • 10000
    Chaque nouvel album de Mike Patton (soit vu le rythme du bonhomme tous les six mois environ) est un passage obligatoire pour moi. Depuis ma prime adolescence, ce monsieur m'a ouvert l'esprit et initié aux formes musicales les plus tordues et créatives qui soient, ce pour quoi je lui serai…
  • 10000
    Même si tout ce que touche Mike Patton n'est pas de l'or, ça mérite tout au moins d'être écouté attentivement. C'est la raison pour laquelle je me jette sans ménagement sur tout nouveau projet du bonhomme. Aujourd'hui, c'est de musique de film, ou plus exactement de court-métrage dont il est…
  • 10000
    Depuis des années qu’il nous en parle, Peeping Tom, ci-devant « projet radio-friendly » de monsieur Patton, débarque enfin dans les bacs de notre disquaire préféré. Un petit rappel ; il y a deux ou trois ans, Peeping Tom devait ressembler à « un mélange entre No Doubt et du punk rock » selon le…
  • 10000
    Pas besoin d'attendre très longtemps pour réaliser qu'on est pas ici en face d'handicapés du manche ; dès l'entame de "Destroy create transform sublimate", on est confronté à une avalanche de notes fleurant bon les heures d'entraînement acharné. Quand le titre déboule, on n'a pas le temps de se dire…
  • 10000
    Le neo black metal est devenu en quelque années un peu comme la barbe : hype. La preuve ; le nouvel album des canadiens de Bosse-de-Nage (oui, ce nom, je sais) a la chance de pouvoir être découvert par les lecteurs de Rolling Stone. On est loin de la semi-confidentialité des balbutiements…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *