DARKNESS FALLS : Dance and cry

DarknessFalls_DanceAndCryArtwork

Josephine Philip et Ina Lindgreen sont deux filles de Copenhague qui aiment la musique, et ont décidé d’en faire en duo après une rencontre au sein d’un groupe de ska. Voici des infos capitales dont on se fout complètement pour appréhender correctement « Dance and cry », le deuxième album des dames. Ah, vous voulez que j’aille à l’essentiel ? Ok, alors voilà : le premier album du duo a été produit par le sorcier Trentemoller. Et son influence reste perceptible sur cette deuxième offrande, sans douter du talent d’écriture des jeunes femmes. Ce qu’on y trouve, c’est une pop faisant plus que flirter avec la cold wave / electro pop d’un Depeche Mode deuxième époque. A la fois sombre et sensuelle, la pop électronique de Darkness Falls joue la carte de la mélancolie vénéneuse, celle qui charme et qui fait mouche dans nos petits cœurs de goth repentis. Le titre de l’album est d’ailleurs assez équivoque : ici on bouge son corps, mais c’est à la fois un exutoire physique et mental, une catharsis. Et s’il n’entre pas encore dans la catégorie inoubliable, « Dance and cry » est tout de même porteur d’un impact mélodique certain, d’une élégance pop rare et précieuse qui le classe parmi les disques à adopter !

Site officiel

Darkness Falls : Dance and cry

Darkness Falls : Hazy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *