DAN TERMINUS : Last call for all passengers

En 2017, j’avais été agréablement surpris par « Automated refrains », le disque précédent de l’isérois Dan Terminus. Sans trop se prendre la tête, le disque s’écartait un peu de ce que faisaient ses camarades et amis, proposant à l’instar de ses superbes pochettes (« Last call for all passengers » n’y fait d’ailleurs pas exception) une plus grande palette de couleurs, sans jamais pour autant quitter l’ambiance cyberpunk qui fait le bonheur des fans de synthwave ; énergie, noirceur relative, attitude. Un disque qui traduisait une bonne dose de travail derrière. Il faut dire que Dan est à la fois un perfectionniste, n’hésitant pas à balancer au feu des idées qu’il ne juge pas abouties, et un pointilleux, se concentrant sur la musique et zappant allègrement tout ce qui pourrait le distraire. Trois ans plus tard, donc, le voici revenu. On retrouve le style déjà connu : des titres très percussifs, des mélodies dropées à la saturation, assez technoïdes, parfois traversés de voix robotisées. Ce qui change, c’est que Dan Terminus a choisi de raccourcir ses morceaux, de moins s’étaler, de privilégier l’unité mélodique sur ce projet. A côté de ça, je trouve ce nouvel album encore plus radical, plus dur en terme de sonorités. Ce qui n’est pas forcément désagréable, d’ailleurs ; ça sort vraiment Dan Terminus du lot, ça confirme son statut d’outsider, de proposition alternative au genre. Enfin, bref, « Last call for all passengers », sans trop s’éloigner de ce qu’on pouvait attendre de lui, parvient à renouveler le style de l’artiste, et notre regard sur son œuvre. Cool !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Il y a quelques années, la french touch faisait une razzia sur la scène électronique mondiale, redonnant un peu de lumière à la house music. Aujourd’hui, la house music a cédé la place à la synthwave, mais les français continuent de mener la danse. Kavinsky, Prince 85, Perturbator, Double Dragon,…
    Tags: plus, dan, s, disque, terminus, qu, synth, wave, on, d
  • 10000
    Un artiste, un vrai, ça se remet en question, ça a un regard critique sur ce qu’il produit. C’est donc inconstant par nature, et c’est justement ça qui le rend intéressant à suivre pour le fan qui, sinon, s’ennuie irrémédiablement. Tommy ‘86 est un artiste. Après la chronique de son…
    Tags: a, wave, qu, synth, plus, s, ne, l, genre, on
  • 10000
    Prenez l’imagerie et quelques tics musicaux du black metal, les mélodies et l’énergie du dark synth, mixez le tout et vous obtenez ce disque, le plus original et personnel de notre ami ricain. L’intérêt de « Possessor » est bien là ; il possède une personnalité qu’on ne peut pas comparer avec nos…
    Tags: l, plus, s, ne, on, disque, synth, wave, sort, n
  • 10000
    Le Tommy en question est un (autre) chantre de la synthwave à la française et un collègue de label de Perturbator, qu'il invite d'ailleurs sur un titre de ce troisième disque s'avérant être un album-concept. Parler d'album-concept pour une histoire sans paroles peut certes paraître déplacé, mais après tout c'est…
    Tags: on, plus, c'est, titres, trois, terminus, dan, sonorités, genre, a
  • 10000
    Ce que l’émergence d’un style a de bon, c’est qu’elle permet de déloger des cavités certes confortables mais cavités quand même les anciens de la scène, ceux qui ont contribué à la créer et la faire perdurer durant des années et qui souvent ne sont pas ceux qui récoltent les…
    Tags: l, album, synthwave, titres, assez, a, d, fans, synth, jeune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *