CYPRESS HILL : Elephants on acid

En huit ans d’absence, les angelinos ont semble-t-il décidé de faire le tour du monde de la fumette. C’est déjà ce qu’on avait cru comprendre avec le premier single de ce nouvel album, « Band of gypsies », judicieusement placé juste après l’intro. Et effectivement, on retrouve bien l’ambiance fumeuse et les instrus world post apo de Muggs période « Temples of boom ». Il faut donc s’attendre à quelque chose de moins bombastique que les derniers albums, plus porté sur les ambiances et le côté sombre et sulfureux. Plus psyché aussi. Le groupe a choisi de multiplier les angles d’attaque plutôt que de produire deux ou trois blockbusters et caser entre eux des bons titres mais plus anecdotiques. « Elephants on acid » est clairement un album pour les fans ; il ne fait pas (plus ?) de compromis, et ses succès (le single précité, « Locos », « Insane OG », « The 5th angel », « Warlord », « Reefer man », la cauchemardesque « Blood on my hands again », la lugubre « Stairway to heaven »…) ont une belle gueule indie. Et s’il s’avère assez copieux avec ses 21 plages, prises individuellement, celles-ci s’avèrent très courtes (maximum 5mn41 pour le final « Stairway to heaven »). Ce qui s’adapte assez bien aux nouveaux modes d’écoute des djeun’s, pour peu que ce disque parvienne à les intéresser. En tout cas, pas de trace ici d’effets de prod’ actuelles ; Muggs n’a plus rien à prouver. « Elephants on acid », hormis la fun (mais pour moi bien dispensable) « Crazy », est probablement l’un des disques les plus sombres que Cypress Hill ait produit. On est pas là pour rigoler. Et c’est tant mieux. Je n’ai pas assez de recul pour vous dire si les titres ici présents sont gage d’un disque inoubliable. D’autant plus qu’ils sont plus sinueux et vicieux, moins immédiats. Mais ce que je peux vous dire en revanche, c’est que je ne suis pas déçu du voyage !

Site officiel

Paroles de l’album

Cypress Hill : Band of gypsies

Cypress Hill : Muggs is dead

Related Posts

  • 79
    Tombé par hasard sur Pookie Baby en 2018, j'en suis rapidement tombé amoureux. Il faut dire que ce disque était une pure leçon de hip-hop métissé et moderne. Prof s'y imposait comme rappeur, chanteur, amuseur public, comédien, interprète... Et il y alignait les titres forts, tantôt fun, tantôt graves. Alors…
    Tags: titres, on, l, a, album, d, assez, plus, ne, hop
  • 78
    Rencontre de deux hommes très productifs. DJ Muggs, on ne le présente plus, est un coutumier du fait de proposer ses services à des rappeurs plutôt undergrounds. Ce coup-ci, c’est le tour de Flee Lord, protégé de feu Prodigy de Mobb Deep (qui lui rend d’ailleurs souvent hommage), un MC…
    Tags: d, muggs, plus, n, on, album, c, titres, l, ont
  • 76
    Je n’ai que peu écouté d’albums de Slaine en son nom, mais j’ai toujours apprécié ses apparitions sur La Coka Nostra ou ses featurings avec Ill Bill, Swollen Members, Snowgoons, bref toute une constellation hip-hop indé aux thèmes sombres et flows graves. Le mec n’a jamais été le lyriciste le…
    Tags: plus, a, n, d, on, rap, international, amour, fort, durable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *