CURRENTS : The place I feel safest

Avec sa pochette très gothic metal, je ne m’attendais pas à découvrir un disque mêlant metalcore et djent. Bon, si cette perspective vous effraie déjà, il va en plus falloir vous habituer à l’idée d’écouter un disque d’un mec qui s’appelle Ryan Castaldi. Bon, ceci dit, le jeu en vaut quand même la chandelle. Formé en 2011 sur les cendres de We Came As Plague (après un changement de chanteur), Currents sort seulement aujourd’hui son premier album. Le groupe a pris le temps de déterminer finement où il souhaiter aller, d’élaborer le dosage qu’il estimait idéal de djent et metalcore, et de composer la meilleure entrée en matière possible. Ah, et ils ont changé de vocaliste aussi, mais ça on s’en fout un peu, puisqu’on ne verra jamais la différence. Mais oui, ils ont l’air d’avoir un problème avec les brailleurs, d’un point de vue général. Bref, « The place I feel safest » a eu le temps d’être bien pensé, et ça s’entend assez. Plus metalcore que djent, il présente 13 titres sauvages, épileptiques, aux breaks intelligents, traversés de quelques discrets passages techniques ou mélodiques. La production est vraiment claire et massive, et c’est vraiment une réussite étant donné le maelstrom de sonorités de chaque titre. Ces petits gars du Connecticut sont vraiment impressionnants. Chaque musicien (et le chanteur, qu’ils ont bien fait de garder) fait son taf à la perfection, et on peut apprécier le travail de chacun (avec un petit bémol pour la basse). Un bon coup de pied au cul !

Paroles de l’album

Site officiel

Currents : Night terrors

Currents : Withered

Related Posts

  • 10000
    Sixième album pour le groupe de metalcore ricain. Toujours aussi mélodique, le groupe larde pourtant toujours ses titres de death (c’est à s’y méprendre sur l’introductif « Shadows inside »), tout en cultivant un sens du riff certain. Cette alliance de la violence et de l’accessibilité peut donc très bien continuer à…
  • 10000
    Quatre albums en douze ans, ça reste dans une bonne moyenne. Ce qui est dommage en revanche, c’est qu’aucune des productions de Motionless In White ne soit parvenue jusqu’à moi avant. Parce que oui, ce « Graveyard shift » se montre plutôt bien foutu pour son genre. Et son genre, justement, est…
  • 10000
    3% électro, 3% rock, 3% hip-hop et 91% irrévérents, c’est ainsi que se présentent les nancéens de Boars. Bon, je ne vais pas vous spoiler d’entrée de jeu, alors on va y aller par étape. Oui, c’est sûr, on trouve de l’électro ici ; claviers, deejaying, samples, il y en a…
  • 10000
    Ce nom me dit quelque chose, mais je n’arrive pas à remettre une époque ou un titre dessus. Bah, tant pis, je lance l’écouter dans le flou. Hum, ce joli mix thrashcore / deathcore, alliant puissance de feu et mélodie me dit vraiment quelque chose. Ok, ce type de metalcore…
  • 10000
    Ni vraiment electro-metal, ni complètement metalcore, les allemands de Vitja sont persuadés que c’est dans une voie médiane qu’ils trouveront le salut, et accessoirement la reconnaissance. C’est en tout cas ce qu’on pourrait croire en écoutant ce nouvel et troisième album du combo. Entre violence et mélodies faciles, il semble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *