COHEN, Leonard : You want it darker

leonard-cohen_youwantit

Leonard n’a jamais été un modèle de joie de vivre. Il a beau avoir chanté l’amour et autres joyeusetés, il a toujours traîné un spleen, une noirceur très particulière car chargée d’espoir. Moi, j’aime la noirceur, ce n’est un secret pour personne. Alors une invitation aussi claire que « You want it darker », je ne pouvais m’y soustraire ! Plus sombre, ce disque à la croisée des chemins l’est assurément. La chanson-titre ne nous cache rien : « I’m ready my Lord », nous assène M. Cohen. Superbe entrée en matière. « Treaty » est moins immédiate mais tout aussi élégante. « On the level » en rappelle beaucoup d’autres dans son rythme, son accompagnement, sa couleur générale. Un poil trop convenue, c’est un amuse-bouche qui fait patienter le temps d’arriver à une « Leaving the table » autrement plus captivante. « If I didn’t have your love » est également très honnête, mais vite éclipsée par la superbe « Traveling light », talonnée de près par « It seemed the better way » et « Steer the way » avant de finir en douceur (« String reprise / Treaty »). Alors oui, cet album est définitivement meilleur que les précédents, et oui, il est également un testament. En le pensant, Leonard sait qu’il va partir, et met ici ses affaires en place, règle quelques comptes, toujours avec tendresse et sans rancœur. Partir avec autant de panache, c’est vraiment l’apanage des plus grands…

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Leo n'est plus un jeune premier. A 77 ans, il a plus de vie derrière que devant lui, et il le sait bien. Pas étonnant alors que ce nouvel et 13e album du canadien reflète les réflexions et préoccupations du vieil homme qu'il est devenu. Posé et philosophe sinon mystique,…
  • 10000
    Qu'il est douloureux de se tromper. " Songs From A Room ", la précédente rondelle de monsieur Léonard, m'avait rassuré sur son état de santé musicale, et laissé entrevoir une retraite douce, paisible et assez agréable aux oreilles de ses admirateurs perpétuels ou occasionnels. Hélas, trois fois hélas, ce "…
  • 10000
    Monsieur Cohen est un dinosaure du rock, personne ne dira le contraire. D'ailleurs il le porte sur son visage. Non, je ne parle pas des rides et des ridules contre lesquelles certaines stars se battent, mais de ces lunettes « Starsky et Hutch » qu'il arbore avec un certain panache sur la…
  • 10000
    Adrian Crowley, songwriter irlandais folk rock à la voix sépulcrale, vous n'en entendrez pas forcément parler ailleurs. Et d'ailleurs, je ne vais pas me la jouer non plus, parce que si madame Pias ne m'avait pas envoyé ce disque, qui est quand même le septième, je serai moi aussi passé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *