COCOON : Welcome home

cocoon_welcome

Comme beaucoup de gens, j’adore Cocoon et j’attendais beaucoup de cet album. Car si « My friends all died in a plane crash » les avait révélés à un public qui ne s’attendait pas à une pop folk aussi charmante, « Where the oceans end » les propulsait en pôle position avec un genre magnifié par une orchestration tout simplement grandiose et soutenu par une mélancolie poignante. Le cap du troisième acte est toujours compliqué ; le décor est installé depuis un bout de temps, et on a eu le temps – du moins le pense-t-on – de cerner les protagonistes. Il est donc temps, pour tenir le spectateur en haleine, de corser l’intrigue, d’y ajouter un nouvel élément, sans pour autant basculer complètement vers autre chose. Cocoon l’a bien compris, et c’est sur une note plutôt enjouée que que débute ce nouvel album. Si « Retreat » nous fait commencer le voyage sous un ciel légèrement nuageux, « Get well soon » et surtout « I can’t wait » y font entrer un soleil éclatant, auquel on ne s’attendait pas / plus. « Grandaddy » et « Watch my back », en revanche, s’orientent plus vers la deuxième période, et… très vite, on se rend compte que l’ex duo a choisi d’alterner entre ses deux tendances. C’est un peu de la triche, et la première écoute m’a d’ailleurs déstabilisé et un peu déçu. Mais « Welcome home » fait très vite son chemin, et trouve celui de nos cœurs sans grand mal. Pari réussi, rideau !

Site officiel

Cocoon : Retreat

Related Posts

  • 10000
    Pour moi, le duo Cocoon est certainement la révélation française de ces dernières années. Racée, élégante, délicate et personnelle, sa musique m'a immédiatement transporté, et continue à le faire dès que j'ai la bonne idée de remettre "My Friends All Died In A Plane Crash" sur la platine. Autant dire…
  • 10000
    Cocoon, ou comment passer du statut de petit groupe à l'aura fort modeste à celui de grand espoir français grâce à une revue réinventant le radio-crochet à l'échelon national. Bon, je ne m'étendrais pas sur le sujet, et promis, je ne critiquerais pas la "bible" des bobos. Et oui, après…
  • 10000
    Petit à petit, la scène musicale française gagne en diversité, en visibilité, et s'exporte, sans plus subir les préjugés et partis-pris du public, des critiques et de la scène elle-même. Aujourd'hui, on peut écouter français sans qu'on en déduise lourdement qu'on est un puriste de la langue ou un ardent…
  • 10000
    Dans la grandissante famille des chanteurs beaux gosses pratiquant la pop folk pleine de feeling et néanmoins très radio-friendly, Joshua Radin se pose en tant que vieux de la vieille, lui qui a déjà cinq albums à son actif. Pour ceux qui suivent, « Onward and sideways » est donc le sixième…
  • 10000
    J'avoue être passé totalement à côté de « United », le précédent opus des Versaillais de Phoenix, peu convaincu que j'étais par leur premier single « Too Young ». Une erreur qu'il m'est aujourd'hui possible de réparer avec la découverte d'« Alphabetical », quatre ans après. Et une fois de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *