CITIZEN : Life in your glass world

« Careful what you wish for », qu’ils disent aux Etats-Unis, patrie de Citizen. Sur le premier album découvert, je regrettais la présence d’automatisme post hardcore, sans lesquels, pensai-je, la musique du groupe respirerait mieux. Sur le deuxième, j’en venais presque à les regretter, et en tout cas je déplorai le manque de caractère des titres, même si l’ensemble se tenait largement. Qu’en sera-t-il ici ? « Death dance approximately » démarre toute efficacité rock alternatif dehors : cool. « I want to kill you » lui fait suite, à peu près dans les mêmes dispositions ; moins rugueux que dans mes souvenirs, mais terriblement accrocheur. Tantôt plus pop, plus groovy ou plus punky, les titres suivants respectent à la lettre le nouveau souhait du groupe d’être compris et partagé. Alors oui, cet album a la tronche de quelques autres, et ressemble à s’y méprendre à une compilation de tubes pop / rock. Ce qui peut énerver à la longue ; si toutes les chansons sont bonnes et se ressemblent, comment on les distingue ? Et puis, la deuxième écoute permet d’ancrer plus profondément les qualités du groupe ; ils savent tout faire, ces types, le font bien, et le font par eux-mêmes. En effet, « Life in your glass world » a été élaboré en home studio, en vase clos, et toujours sur ce principe d’évolution / exploration permanente, de renouvellement du son. On ne peut que féliciter Citizen pour cela, surtout que cette prise de risque s’avère encore une fois payante !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ma rencontre avec l’album précédents des ricains de Citizen a été l’un des chouettes moments de 2015. L’opportunité de découvrir si le groupe persiste et signe au sein de ce nouvel et troisième album est beaucoup trop belle pour que je passe à côté. Petit flashback : je déplorais alors le…
    Tags: l, citizen, album, d, plus, ensemble, qu, a, rock, indépendant
  • 10000
    La découverte de cet album des américains Citizen fait partie des petits bonheurs tant espérés quand on a un loisir aussi chronophage que le mien. Étiqueté emo / post hardcore, j'avoue que je me suis écarté de la route du groupe, fatigué d'écouter des choses certes bonnes mais assez convenues.…
    Tags: citizen, rock, alternatif, indépendant, hardcore, post
  • 10000
    Il y a quelques années, j’avais jeté une oreille distraite sur « Floral green », le deuxième album de Title Fight, un groupe emo / punk de Kingston (pas en Jamaïque, en Pennsylvanie). Je n’en garde pas un souvenir impérissable. D’ailleurs, vous n’en trouverez pas trace ici. Glitterer est en fait l’émanation…
    Tags: album, titres, a, quelques, l, d, life, pop, groupe, deuxième
  • 10000
    Petit point étymologique ; le nom du groupe vient des archées, qui ne sont pas des collègues de Robin des Bois orthographiés par Wejdène, mais bien des organismes unicellulaires. Je n'en sais pas beaucoup plus, et j'ignore pourquoi le groupe a choisi ce nom, mais c'est assez inhabituel et original, et…
    Tags: rock, bien, titres, a, groupe, in, your, instagram, facebook, https://open.spotify.com/album
  • 10000
    Quand on lance l'écoute de ce « Dream or don't dream » en ne sachant rien de Kestrels pour la première fois, impossible de ne pas remarquer la forte concentration d'influences rock alternatif – grunge des nineties. On pense forcément à Dinosaur Jr , Superchunk, Superdrag, Teenage Fanclub, etc. Autant vous dire…
    Tags: on, se, ne, plus, album, rock, alternatif, indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.