CHRIS ECKMAN : Where the spirit rests

Passer de Seattle à Ljubljana n’a semble-t-il pas vraiment influencé le tempérament musical de Chris Eckman. Bon, ok, je n’ai jamais trop écouté sa formation d’origine, les Walkabouts, mais je me rappelle vaguement d’un folk rock pas très sautillant. Tenez, regardez donc cette pochette : on se croirait chez Prophecy ! Et bingo, on se situe bien dans un folk rock encore plus décharné et sombre. Un dépouillement qui me convient parfaitement. La voix rocailleuse et grave du chanteur accompagne la mélodie triste du « Early snow » qui ouvre l’abum. « This curving track » est plus marquée par des influences americana ; arrivé là, ça me rappelle fortement le « Stories under nails » de Ben Weaver. Encore une fois, ce n’est pas pour me déplaire. Je ne sais pas si c’est volontaire, mais ce disque alterne ainsi entre les deux ambiances de façon binaire. Le format est on ne peut plus simple : une guitare, une voix, et c’est presque tout. Ici et là, on croise un petit peu d’effets, mais ça reste très léger et ça ne change en rien l’ambiance du morceau, ça la rehausse juste un peu. Pourtant sur ce disque, le monsieur reste entouré et épaulé. Moi qui découvre Chris Eckman dans ses œuvres solo, je suis assez d’accord avec lui ; cet album nous amène au repos de l’esprit. Allmusic a qualifié le musicien de « sous-estimé », et c’est vrai qu’à l’écoute de ce cinquième opus solo, je m’étonne de ne pas avoir croisé son chemin avant, puisqu’il entre totalement dans mes critères musicaux. Voici qui me donne en tout cas des pistes d’écoute !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Il y a quelques jours, je vous présentais le nouveau disque d’Adrian Crowley. Eh bien, s’ils ne se connaissent probablement pas, Gill Landry et lui pourraient tout de même être collègues de boulot tant il semblent partager une certaine sensibilité. Attention, je n’ai pas dit « copie conforme » pour autant. Gil…
    Tags: l, d, a, on, ne, album, plus, se, c, bien
  • 10000
    J’ignore de quel ami on parle ici, mais à la teneur volontiers mélancolique de ce premier album de Ben Cramer alias Old sea Brigade, on peut supposer que celui-ci n’est plus parmi nous pour l’écouter. Et vérification faite, je suis en plein dedans : « Ode to a friend » évoque la perte…
    Tags: a, on, l, d, plus, folk, pop, chemin, assez, ben
  • 10000
    Matt Bauer, c'est un nom qui me parle un peu. Bon, je ne vais pas non plus vous bourrer le mou, je ne suis pas spécialiste de son œuvre, mais je sais qu'il est assez grand, chauve, barbu, et qu'il peut être classé dans la catégorie folk. Tout ça, je…
    Tags: folk, c'est, plus, ne, rock, americana
  • 10000
    Adrian Crowley, songwriter irlandais folk rock à la voix sépulcrale, vous n'en entendrez pas forcément parler ailleurs. Et d'ailleurs, je ne vais pas me la jouer non plus, parce que si madame Pias ne m'avait pas envoyé ce disque, qui est quand même le septième, je serai moi aussi passé…
    Tags: ne, disque, folk, rock
  • 10000
    En 2018, la murderfolk un peu bordélique de l’américain Amigo the Devil m’avait donné des frissons, dans le bon sens du terme. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que je retrouve son barnum musical pour un deuxième round. Sa tête de malade mental sur la pochette nous indique clairement…
    Tags: l, d, the, on, qu, disque, ne, opus, bien, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.