CHEENA : Spend the night with…

cheena_spendthenight

Ah, ces jeunes, aucun respect ! Tenez, prenez Cheena, jeune groupe américain. Ces gueules d’anges n’ont rien trouvé de mieux que marier le punk rock de papa à des notes glam et des influences plus rock velu actuelles ; les grosses guitares du stoner ne sont pas loin… Vous vous en doutez, tout ça entremêlé donne un joyeux bordel. Volontiers rétro, toujours bien « in your face », un peu grungy sur les bords par son côté « je m’en foutiste », « Spend the night with… » aurait pu voir le jour au début des nineties du côté de Seattle. Il évoque un coït entre Green River, Mudhoney et les Stooges, saupoudré de rock n’ roll mâtiné de country. Drôle de bestiole, pas si farouche qu’elle en a l’air, mais au poil trop rugueux pour qu’on prenne plaisir à la caresser bien longtemps. Il faudra que Cheena mette encore plus en valeur ses qualités mélodiques, canalise son énergie, dose ses effets et varie ses angles d’attaque pour faire l’effet d’une bombe sur le prochain album. Pour l’instant, il s’agit surtout d’une grenade à fragmentation, potentiellement mortelle mais brouillonne et s’éparpillant beaucoup. Bref, un peu trop brut.

Site officiel

Cheena : Stupor

Related Posts

  • 10000
    Green River est l'un des grands gâchis de l'histoire du rock. Formé à Seattle par divers musiciens punk et hardcore en 84, il commence par s'échauffer en donnant des concerts dans sa région d'origine, puis enregistre un premier ep, qui fera un flop. Le combo ne se décourage pas et…
  • 10000
    « Pronoia », premier titre de ce premier album du trio d'Olympia, Washington, pose une question qui pourrait être au centre de cette critique ; doit-on avoir honte de ses influences ? Doit-on les occulter ? Et celui qui les reçoit forcément en pleine tronche à l'écoute de ce titre doit-il les passer sous silence ?…
  • 10000
    God Damn (ce nom !) est encore la preuve qu'on peut faire autant de boucan à deux qu'à quatre. Ces deux anglais ne sont clairement pas là pour enfiler des perles. Quelque part entre un Leftover Crack, un Smasing Pumpkins, un White Zombie et un combo de stoner, God Damn…
  • 10000
    Quand on se paie le culot de pondre un titre aussi bon que "Every Street Sings A Song" et de le coller en ouverture de son ep, on a plutôt intérêt à assurer derrière ! Heureusement, les lillois d'Aftershave ne sont pas des petits joueurs, et le reste de ce…
  • 10000
    Eh ouais, les mecs, Wattie l'avait dit en 81 ; le punk n'est pas mort. Mais si le combo du crêtu s'est depuis acoquiné avec le metal, les anglais que je vous présente aujourd'hui ont une vision beaucoup plus puriste et old school du genre. Bon, en même temps, c'est leur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *