CAT’S EYES : Treasure house

catseyestreasurehouse

Cat’s Eyes est comme bien souvent né d’une rencontre. Celle de Faris Badwan et de Rachel Zeffira d’abord. Lui est le leader des Horrors, elle évolue dans le milieu de la musique classique. Puis celle de Rachel Zeffira avec la pop des sixties. Mais ça, c’était avant. Plus exactement, sur la première collaboration du duo. Depuis, ils ont réalisé ensemble une bande originale de film. Très logiquement donc, ce troisième opus tient des deux expériences. Sur le très néo-romantique « Treasure house », on pense aux Czars. « Standoff » tient plus de l’indie pop nineties, « Be careful where you park your car » se rapproche d’April March et « Teardrops » sonne comme un titre de conte de fées. Vous l’aurez compris, « Treasure house », le disque, brille par sa diversité. Ce qui n’aide pas vraiment à le cerner. Très vite, d’ailleurs, on abandonne l’idée d’y trouver une ligne directrice ou une logique. Et puis un peu après, et malgré des qualités discrètes mais bien présentes, on abandonne tout court, un peu fatigués par ce capharnaüm musical. Pas mal, mais peut mieux faire.

Site officiel

Cat’s Eyes : Drag

Related Posts

  • 10000
    J'ai découvert les Horrors avec "Strange House" et son rock garage sale et sauvage. J'ai adoré. Deux ans plus tard, "Primary Colours", se tournant vers des cieux plus cléments, m'a comme beaucoup déstabilisé. C'est le paradoxe du critique ; quelquefois, on reproche aux groupes leur immobilisme, et à d'autres, on…
  • 10000
    De bonnes têtes à claques, un nom évoquant largement les sixties accolé à la représentation ultime de la pureté et de la lumière (qui techniquement est aussi l'adjonction de toutes les autres couleurs du prisme, ne l'oublions pas), tout ça donne de larges indications sur la teneur de ce premier…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…
  • 10000
    Trop vite catalogué comme groupe de pop folk ouvragée pour son premier album, le combo français Revolver a décidé de s'émanciper de cette étiquette restrictive en s'éloignant ostensiblement du son de sa jeunesse. On retrouvera bien sûr ici quelques harmonies vocales et l'ambiance sixties, mais dans une expression beaucoup plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *