CARACH ANGREN : Franckensteina strataemontanus

Le précédent album des hollandais m’avait positivement surpris par son alliance d’orchestrations grandioses (auxquelles j’étais déjà bien habitué) et, enfin, par une volonté enfin couronnée de succès de créer des titres accrocheurs et efficaces. De quoi faire naître l’espoir que les albums suivants jouiraient de qualités grandissantes. Et à l’écoute de ce septième album… Ces espoirs n’étaient pas vains. Ce nouveau concept album s’intéresse non pas au roman de Mary Shelley, mais à ce qui a inspiré cette dernière pour son écriture. A savoir la vie de Johann Conrad Dippel, né dans le château Frankenstein, qui fut médecin, chercheur et chimiste, souvent décrié par ses pairs. Bien sûr là comme ici, c’est sous le signe de la romance, du fantasme qu’est envisagée la vie de cet homme. C’est surtout l’occasion, ici, d’aboutir à un disque mêlant mystère, horreur et effroi. Un disque riche, puissant et grandiose, qui résiste haut la main à l’épreuve des écoutes successives. Quatre, pour être précis, et je n’ai pas trouvé de quoi lui reprocher grand-chose… Peut-être des riffs un peu trop passe-partout de-ci de-là, mais vraiment à la marge ; la plupart du temps, l’osmose est tellement parfaite entre les riffs et les parties orchestrales que chaque titre sonne vraiment juste. Alors, Carach Angren serait-il devenu le Cradle Of Filth moderne ? Oui, il y a un peu de ça. Bien entendu, le combo hollandais est plus centré horreur qu’épouvante (pour ceux qui font la différence), ne possède pas de chant criard caractéristique (ce qui pour moi est plutôt une bonne chose), et lorgne volontiers vers le dark metal (donc possède plus de caractéristiques death) ; on parlera donc plutôt de valeurs communes. Et surtout, d’un résultat vraiment impressionnant.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Il y a deux ans, je m’étais incliné (une fois de plus) devant l’indéniable savoir-faire des bataves en terme d’orchestrations grandioses et flippantes, mais j’avais aussi regretté (une fois de plus) le manque d’accroche mélodique de l’ensemble. Comme je suis très optimiste en matière de musique, c’est avec de grands…
    Tags: plus, carach, d, angren, ne, peut-être, a, album, black, metal
  • 10000
    Dans le petit monde du black symphonique, Carach Angrenn s'est forgé une réputation de tueur avec son premier album. Et puis, avec les suivants, la sauce est un peu retombée, même si le groupe n'a pas vraiment démérité. Voilà le groupe revenir avec ce quatrième album mêlant toujours orchestrations grandioses…
    Tags: bien, album, y, vraiment, carach, black, ne, on, riffs, disque
  • 10000
    Slagmaur continue, et c’est tant mieux, à arpenter un sentier black indus flippant et chaotique. Sur ce troisième album qui débute magistralement par une intro cinématographique classique mais très réussie, le groupe a affiné sa recette, mais garde les mêmes ingrédients. Là où il fait la différence, c’est dans sa…
    Tags: black, horror, bien, chant, sûr, riffs, entendu, on, combo, disque
  • 10000
    Jack D. Ripper, seul homme derrière les manettes de Morgul, a finalement décidé de poursuivre sa carrière musicale, laissée en suspens depuis le précédent « Sketch Of A Supposed Murderer » et quelques problèmes personnels pesants. Et il nous revient quelque peu changé. Que les fans se rassurent, on retrouve sur ce…
    Tags: d, plus, cette, black, album
  • 10000
    The Vision Bleak fait partie de ces projets à fort potentiel qui au final se sont avérés décevants. C'est comme ça, ça arrive, on y peut pas grand-chose. Et pourtant, on sait que le groupe a de bonnes idées, qu'il sait exploiter au mieux son horror metal grandiloquent ; il l'a…
    Tags: a, on, plus, dark, metal, y, ne, horror

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *