CARACH ANGREN : Dance and laugh amongst the rotten

Il y a deux ans, je m’étais incliné (une fois de plus) devant l’indéniable savoir-faire des bataves en terme d’orchestrations grandioses et flippantes, mais j’avais aussi regretté (une fois de plus) le manque d’accroche mélodique de l’ensemble. Comme je suis très optimiste en matière de musique, c’est avec de grands espoirs que je lance l’écoute de ce cinquième album. Après une mise en bouche fantastique (« opening »), « Charlie » enchaîne et ouf, ne me laisse pas sur ma faim. Assez classique dans son riffing et son développement, il accentue en tout cas la cinégénie de Carach Angren : on a l’impression que chaque titre est scénarisé tant il est découpé de façon élaborée. Me voici rassuré en tout cas ; ce que je reprochais au précédent s’est volatilisé pour laisser place à un black orchestral pur débordant d’emphase. Il ne s’agit certainement pas du disque le plus violent du combo, et peut-être même pas le plus intéressant au niveau de l’histoire développée (en fait, « Dance and laugh amongst the rotten » est une suite de petites histoires horrifiques), mais il est quand même musicalement bien plus digeste. Trop, diront sans doute ses détracteurs. Et ils n’auront peut-être pas tout à fait tort, car c’est sûr, l’originalité n’est pas forcément au rendez-vous. Mais ça n’empêche qu’il est très bon !

Site officiel

Paroles de l’album

Carach Angren : Charles Francis Coghlan

Related Posts

  • 10000
    Dans le petit monde du black symphonique, Carach Angrenn s'est forgé une réputation de tueur avec son premier album. Et puis, avec les suivants, la sauce est un peu retombée, même si le groupe n'a pas vraiment démérité. Voilà le groupe revenir avec ce quatrième album mêlant toujours orchestrations grandioses…
  • 10000
    Du Japon, nous autres européens ne connaissons pas grand-chose, surtout au niveau musical. Certes, Sigh a ouvert la voie il y a quelques années, et plus récemment Kadenzza s’est engouffré dans la brèche. Mais de Tyrant, je n’avais jamais entendu parler. Pourtant, ce « Grimoires » est le déjà troisième album du…
  • 10000
    Aussi précis qu'une horloge Suisse, Cradle Of Filth nous livre son nouveau recueil de blasphèmes, avec peu ou prou la même formule ; parties orchestrales grandiloquentes en mid-tempo, explosions de violence et passages très ambiancés avec une option sur les narrations diaboliques et/ou terrifiantes. Globalement, on est jamais déçu par…
  • 10000
    Agathodaimon, formation allemande œuvrant dans le black teinté de multiples influences et dont «Serpent's Embrace» est le quatrième rejeton, fait partie de la catégorie «seconds couteaux», de ceux qui n'ont pas inventé la poudre mais font tout leur possible pour l'utiliser au mieux. Ainsi au long des neufs titres qui…
  • 10000
    Path of Destiny illustre avec son deuxième album l'importance d'une intro. Quand on est un jeune groupe de metal, qui plus est dans un genre très peuplé et codifié (ici, le metal extrême symphonique), on a que très peu de temps pour convaincre l'auditeur de poursuivre son voyage. Tout se…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *