CANINE : Source

Sur son premier album, Magali Cotta alias Canine était déjà allé bien loin dans l’exploration. Ma crainte pour la suite, c’est qu’elle aille trop loin pour moi. « Source » montre encore une artiste boulimique de musique, et prend encore plaisir à se donner des airs de compilation tant ses titres sont changeants. On commence avec une « Sun » qui porte assez bien son nom, arborant une lumière pop aveuglante qui laisse à penser à une prise de distance avec des atmosphères ou des sentiments plus complexes. Heureusement (pour moi du moins), « F.O.R.C.E. » et « Snake » viennent rapidement contredire cette impression ; plus tempérés, plus créatifs et marqués par des ambiances pop et trip hop. Pourtant, « Blue » fait machine arrière. On pourrait jouer au jeu des différences tout au long de ce disque, mais c’est peine perdue ; en fait, celles-ci sont assumées, et contribuent à faire de cette suite une nouvelle énigme. Qui est Canine ? Eh bien, elle est quelque part entre dent de loup et dent de lait. Et « Source » est un autre album qui demandera plusieurs écoutes pour révéler ses secrets, faire la part entre ce qu’on y aime ou ce qu’on y aime pas. Encore une fois, la musicienne partage l’expression vocale entre anglais et français : heureusement pour le réfractaire que je suis, le premier album m’avait déjà habitué à ces allers-retours. Sur ce nouvel album, Canine se livre un peu plus, met son âme à découvert, se met plus en danger. Le côté intimiste, toutefois, ne se retrouve pas forcément dans la musicalité du projet, qui évite soigneusement de se montrer trop monotone et mélancolique. « Source » n’est ni plus ni moins qu’une suite logique, confirmant la versatilité de son auteur. On appréciera donc probablement ces titres différemment selon le mood du moment. Pour ma part, je reste partagé, n ‘étant pas fan des aspects plus légers, mais je reconnais sans mal la qualité de l’ensemble.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Magali Cotta est née au sein d’une famille très sensibilisée à l’art sous toutes ses formes. Elle apprend très tôt le piano, a accès à des tas d’univers musicaux différents, embrasse tôt une carrière de comédienne, et a donc tout le temps nécessaire de mûrir ce qu’elle souhaitait faire. Ce…
    Tags: entre, titres, canine, electro, plus, bien, on, pop
  • 10000
    Ils seraient bien bête, les cadors de la scène wave / rock des eighties / nineties de ne pas surfer aussi sur la vague de revival qui a lieu aujourd’hui ! Voici donc que nous arrive Sea Fever, repère de noms bien en vue il y a quelques années, qui s’attellent…
    Tags: bien, plus, se, on, y, titres, faire, album, rock, electro
  • 10000
    Autant vous prévenir tout de suite : « In free fall » est de ces albums conceptuels qui ne sont pas à mettre entre toutes les oreilles. Non pas parce qu'il s'avère difficile d'écoute, complexe, ou qu'il présente des sonorités agressives, non. Parce que ce premier album de l'artiste possédant déjà une expérience…
    Tags: se, entre, on, cette, titres, electro, plus, bien, déjà, suite
  • 10000
    Ok, ce disque est sorti depuis un moment. Mais on ne peut pas dire qu’il ait bénéficié d’une médiatisation démente jusqu’ici. Et puis de toutes façons, je fais ce que je veux, c’est qui le patron ici ? Donc, Ornette est une française, parisienne plus exactement, et « Ai shi te ru »…
    Tags: pop, cette, plus, y, electro, premier, album, titres, on, moi
  • 10000
    L’histoire est jolie : Isabelle Rezazadeh alias Rezz, ukrainienne arrivée au Canada pendant son enfance, assiste autour de 2011 à un concert de Deadmaus alors qu’elle se cherche en tant que musicienne. Là, c’est la révélation, elle décide de se lancer à son tour en musique électronique, quelque part entre dubstep,…
    Tags: bien, titres, se, plus, entre, album, cette, moi, on, part

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.