BURIAL HEX : Throne

burialhex_throne

Clay Ruby est certainement un garçon bien gentil dans la vraie vie. Mais par contre, quand il officie sous le nom de Burial Hex, c’est un peu un gros déglingo. « Throne », c’est le nouvel album du projet du bonhomme. Au programme, des bruitages industriels, des bidouillages dark ambient, quelques plages plus planantes, et des textes scandés version pensionnaire de l’asile d’Arkham. Autant dire que l’atmosphère est loin d’être festive. Il y a quelques temps, je vous présentais Pharmakon et son album « Bestial burden ». Ce côté bruitiste et cauchemardesque, ils l’ont en commun. Burial Hex est un projet à la discographie impressionnante, et si ses précédents efforts étaient assez chargés de mélodie et de parties électroniques pour convaincre, « Throne » s’avère vraiment très raide et ne parlera qu’à une partie de son public, celui qui a aimé « Initiations » en 2008. Autant dire à un microcosme. Inutile de chercher ici une accroche : les flancs de l’album sont escarpés et tranchants comme des rasoirs. Vous voici donc prévenus ; si vous cherchez du frisson bon marché, passez votre chemin ; Burial Hex nous a préparé plus d’une heure de terreur intense.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Je ne connaisais pas Pharmakon avant ce "Bestial burden". Ce qui est bien dommage tant l'art cauchemardesque de Margaret Chardiet (que j'ai vraiment du mal à qualifier de musique) me parle et me fascine. Ce disque est l'ultime représentation de l'enfer : composé de percussions sourdes, de boucles bruitistes répétitives,…
  • 10000
    En voilà un qu'on ne pourra pas accuser de nous tromper sur la marchandise. Ceux qui ont déjà croisé la musique du hollandais tapi derrière ce patronyme peu ragoûtant se souviennent certainement du côté profondément malsain et horrifique qui en découle. Prenant ses racines dans le black metal et le…
  • 10000
    Massimo Magrini, l'homme derrière Bad sector, a tout l'air d'être un passionné de technologie. Le nom de ce projet tout d'abord, rappelant l'informatique. Puis la singularité de son approche : il propose ici 12 titres dont le titre est forcément un mot de cinq lettres terminé par un « s ». Enfin, bien…
  • 10000
    Anna von Hausswolff est suédoise et compositrice. Si vous avez la curiosité de taper son nom sur wikipedia, on vous indiquera sans sourciller qu'elle se situe à la croisée du rock indépendant, de l'électronique et de la pop. Mouais. Enfin, je fais le malin, mais à l'écoute de ce nouvel…
  • 10000
    Après quelques recherches, j'ai compris pourquoi le nom de Kammarheit me disait quelques chose, tout en ignorant complètement dans quel contexte je l'avais croisé. Kammarheit est en fait un one-man band oeuvrant dans un dark ambiant qui, comme le veut le genre, s'avère angoissant et claustrophobe à souhait. Et Kammarheit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *