BUILT TO SPILL : When the wind forgets your name

Certains héros ne sont jamais fatigués. Built To Spill fait partie des groupes trop passés sous silence dans les nineties, et pourtant auteurs d’albums et/ou titres exceptionnels. Bien sûr, « Untethered moon » ne m’avait pas totalement séduit, la faute à quelques approximations et une tendance encore marquée à en faire un peu trop guitaristiquement parlant. Mais bon, je n’en ai pas tenu rigueur au groupe, tout simplement parce qu’il peut être vraiment doué. Alors même après sept longues années d’absence, je replonge avec plaisir. On capte dès la pochette que ce disque sera psychédélique. « Gonna lose » y ajoute une couche limite prog, très seventies. Ok, ce n’est pas totalement le Built To Spill qu ‘on connaît, donc. C’est pas plus mal. Oui, bon, j’ai mes limites quand même, et le très original pour le combo « Rocksteady » et ses influences qu’on imagine aisément les atteignent. Heureusement c’est un tir isolé, et les choses reprennent leur cours immédiatement après. Je constate avec plaisir que bon nombre d’effusions sonores bruitistes ont disparu pour laisser la place à des titres plus mesurés, dont les influences rock n’ont pas du tout disparu mais sont contenues. Cette maîtrise, cette retenue sert vraiment les chansons : l’auditeur peut vraiment se concentrer sur leur fluidité et leur cohérence, et les apprécier du début à la fin. Certains regretteront cette absence de « danger » au sein des titres, mais elle est pour moi compenser par ce glissement de style expliqué plus haut, et qui amène, en gros et pour les néophytes, Dinosaur Jr dans les seventies. « When the wind forgets your name » n’est pas un disque parfait, mais il montre que Built To Spill est encore capable de se renouveler et d’écrire de belles pages de son histoire. Et il a la bonne idée de ne pas se dévoiler totalement à la première écoute, mais de donner envie d’y revenir. Bref surpris, mais pas déçu !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

https://youtu.be/SdAIOdpqEV8

Related Posts

  • 10000
    Revenu depuis déjà quelques temps à un format plus pop tout en conservant une exigence mélodique dont il ne s'est jamais départi, Doug Martsch, l'homme derrière Built To Spill, offre au monde ce cinquième album du groupe en 2001. Infatigable artisan d'un rock indépendant qui doit autant aux Beatles qu'à…
    Tags: plus, rock, built, to, dont, spill, pop, bien, groupe, heureusement
  • 10000
    Huitième album pour les américains, et premier depuis 2009 et « There is no enemy ». Pourquoi tant d'attente de la part d'un groupe qui ne nous y avait pas habitué me direz-vous ? La réponse est assez basique : la section rythmique s'est fait la malle, il a donc fallu la remplacer, et…
    Tags: titres, plus, bien, disque, y, on, pop, ne, faire, built
  • 10000
    Comett fait partie de la foultitude d'artistes oeuvrant dans l'ombre de plus grands, pas forcément avec moins de talent mais sûrement avec moins de pouvoir médiatique. Du coup, je n'en avais jamais entendu parler avant qu'ils ne m'envoie la chanson « Love is what you make it » sur groover. Ce premier…
    Tags: plus, d, pop, the, rock, ne, se, on
  • 10000
    Très franchement, je pensais voir Palehound revenir plus tôt, en 2018 même, avec un troisième album en forme de consécration de son écriture indie pop rock sous le bras. Il faut dire que « A place I’ll always go » affichait une petite demi-heure au compteur. Mais non, Ellen Kempner a tout…
    Tags: plus, n, d, a, pop, l, bien, indie, indépendante, rock
  • 10000
    J’ai loupé l’album de 2018 de We Are Scientists. Dommage pour moi, parce que si ce n’est jamais une révolution, c’est toujours un petit moment sympa de pop rock / indie rock direct et frais. Pas de raison que ça change ici, le groupe ne s’est jamais vraiment distingué par…
    Tags: plus, l, rock, disque, indie, pop, pourtant, jamais, sera, bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.