BRODKA : Clashes

Monika-Brodka-clashes

Il va falloir t’y faire, toi derrière l’écran : la télé peut mener à tout, pour peu qu’on sache bien négocier ses virages. La preuve aujourd’hui avec la polonaise Brodka, issue de l’équivalent de la nouvelle star, et dont le nouvel album « Clashes » est loin, très loin de l’image inoffensive et tiède qu’on s’en fait. Pas que la jeune femme crache sa haine du système à tout bout de phrase, non. Mais elle a apparemment su se forger une personnalité forte, un univers qui te happe et t’entraîne jusqu’à ce que tu t’abandonnes aux chansons indie pop fantasmagoriques qui le composent. Mais qu’ont-elles donc de si particulier, m’interrogeras-tu. Et bien, elles s’aventurent sur des terres interdites et dangereuses, de la berceuse sombre, surréaliste et teintée de pop sixties « Mirror mirror » (qui aurait pu émaner d’une Emilie Simon) à son double évanescent « Dreamstreamextreme », sorte de chanson de sirène version gothique. En gros, Monika Brodka doit autant à la déjà citée Emilie Simon qu’à Karen Elson, Lana Del Rey et Agnès Obel, avec une pointe de cinéma expressionniste allemand en plus. Vous l’aurez compris, « Clashes » n’est pas le genre de disque à caracoler dans les charts ni à se voir porté aux nues par le grand public. Et on en vient à ce qui fâche ; ces chansons vénéneuses sont certes très intéressantes, mais l’ensemble s’avère un peu trop compact, trop étouffant pour que l’on ne s’en lasse pas après quelques écoutes. Est-ce un défaut récurrent chez la demoiselle ? Je ne sais pas, puisque c’est mon premier contact avec sa musique. En revanche, je peux te dire que c’est un défaut dommageable pour elle si elle poursuit dans cette voie !

Paroles de l’album

Site officiel

Brodka : Horses

Related Posts

  • 10000
    Emilie Simon est à la musique ce que le film catastrophe est au cinéma. Non pas parce qu'elle est belle à faire fondre la banquise, aussi douce et touchante qu'une plume caressant la peau lors d'un bombardement au napalm. Emilie Simon fait juste vaciller les certitudes, emmenant le spectateur là…
  • 10000
    Émilie Simon est une artiste à part sur la scène française. Reconnue mais toujours un peu underground, sur une major en gardant un côté très indé dans ses choix artistiques, discrète dans les médias, elle est un mystère que seuls ses disques permettent de percer à jour. On l'avait connue…
  • 10000
    De retour après un premier album acclamé, la danoise Agnès Obel remet le couvert pour un deuxième opus encore plus intimiste et réussi. Piano, violon, violoncelle, voix : pas besoin de plus selon la berlinoise d'adoption pour toucher au coeur ses auditeurs. Délicate, soyeuse, volontiers sombre, la musique d'Agnès est…
  • 10000
    Jack White n'aime pas dormir. Que voulez-vous, certains sont allergiques aux poils de chat, d'autres à la papaye, lui c'est le sommeil qui lui donne des boutons. Du coup, il fait de la musique. En plus d'avoir composé un nouveau Dead Weather, il offre ici un écrin musical de choix…
  • 10000
    Adulée ou détestée, Lana Del Rey est sans conteste le phénomène de ces derniers mois. Finaude, elle a égrené quelques singles avant de lâcher son premier album "Born To Die". De quoi appâter le chaland qui, s'il est charmé par ce compromis entre moue boudeuse de la teen-pop, ambiance fifties,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *