BORNHOLM : Apotheosis

Les groupes hongrois ne sont pas forcément les plus en vue en terme de black metal. Ils ont du apprendre à vivre avec, et prouver leur valeur sur le long terme, en se montrant irréprochables sur la qualité de leurs compositions. Et patients, ils le sont les gars de Bornholm. Ce cinquième album, qui sort au bout de 21 ans de carrière, sera-t-il celui d’une reconnaissance bien méritée ? On verra ça. En tout cas, son mélange entre black mélodique et pagan black, qui vient me cueillir alors que j’étais clairement à la recherche de quelque chose de bien plus raw, m’a assez vite convaincu. Est-ce que je le préfère à ce que j’étais venu chercher ? Non. Mais dans son genre, il s’avère très efficace. Des incursions thrash, des parties très enlevées et frénétiques, et beaucoup d’autres mid-tempo qui tablent plus sur l’efficacité mélodique des riffs développés ici. Il faut dire que le riff, c’est une religion pour Bornholm : la guitare occupe vraiment l’espace des onze titres ; soli, chorus, rythmiques, impossible de la rater. J’ai lu ça et là que le black symphonique faisait partie de l’ADN du groupe, et bien il s’est effacé au profit d’un genre plus instinctif, ne transparaissant désormais qu’au travers des intros, outros ou intermèdes, ou sur de petites portions de titres, comme c’est le cas ici. Les claviers sont bien présents le restent du temps, mais restent assez discrets. Doit-on le regretter ? Peut-être, car dans cet exercice je dois reconnaître que le groupe excelle, et ça apporterait indéniablement un plus à quelques titres peut-être un peu plus communs. Cependant, ça en ferait un « autre » groupe de black sympho, et dans ce domaine, on est d’accord, il y a déjà de quoi faire, et pas certain que Bornholm puisse rivaliser. Le disque tient les écoutes et contentera les amateurs du genre, même si je dois avouer que j’aurais préféré plus de titres uptempo qu’il n’en comporte. Bref Bornholm reste une formation à prendre en compte pour la scène, même s’il reste juste un peu en deçà des grosses productions à mon goût.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Les allemands de Nailed To Obscurity sortent avec « Black frost » leur 4e album. Jamais entendu parler d’eux avant. Le combo, formé en 2005, a pourtant déjà quelques années et galères au compteur. Mais le style dans lequel il a choisi d’évoluer (un death doom très mélodique) n’est pas forcément le…
    Tags: black, plus, on, bien, metal, mélodique, groupe, peut-être, assez, cas
  • 10000
    Path of Destiny illustre avec son deuxième album l'importance d'une intro. Quand on est un jeune groupe de metal, qui plus est dans un genre très peuplé et codifié (ici, le metal extrême symphonique), on a que très peu de temps pour convaincre l'auditeur de poursuivre son voyage. Tout se…
    Tags: bien, metal, plus, genre, ne, on, reste, mélodique, black, groupe
  • 10000
    Après le divorce avec Abbath, beaucoup ne donnaient pas cher de la peau d’Immortal. Mais franchement, de quoi auraient eu l’air Demonaz et Horgh si leur entité avait été enterrée pour des dissensions internes ? Bon, déjà, avec 9 ans pour sortir un nouvel album, ils auraient pu se renommer «Only…
    Tags: on, bien, plus, ne, black, metal
  • 10000
    Arkona, pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore, est l’un des fers de lance du (folk) metal russe, oeuvrant d’abord dans l’ombre puis en pleine lumière depuis quelques années et sa reconnaissance sur la scène internationale. Il faut dire que celle-ci est méritée, le combo présentant de…
    Tags: plus, on, metal, black
  • 10000
    Anciients, à ne pas confondre avec Ancient, le groupe black metal norvégien, est un combo relativement jeune (fondé en 2010) qui nous vient de Vancouver, au Canada. Il a choisi de s'exprimer au travers d'un heavy thrash progressif qui pourrait rappeler l'école Mastodon & co, mais qui possède assez de…
    Tags: metal, ne, thrash, black, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.